• DGAL

              Coleophora laricella

                 Le coléophore du mélèze

 

      Fréquence
      Agressivité
      Impact

 

 

 

 


Position systématique : Insecte - Lépidoptère - Coléophoridé (anc. Eupistidé)
Hôtes habituels : Mélèze d'Europe

Hôtes possibles : Mélèze du Japon, mélèze hybride
Localisation sur l'hôte : Aiguilles

 

  • Biologie

 

   Jan   Fev  Mar Avr  Mai Juin  Juil Aoû Sep Oct Nov    Dec
Larves                                                
Adultes                                                
Ponte                                                
Larves                                                

 

 

 

 

 

 

 

Après accouplement, la femelle dépose de fin mai à début juin une cinquantaine d'oeufs, un par un, isolément à la pointe d'une aiguille. 8 à 10 jours après, à la suite de l'éclosion, la jeune chenille pénètre dans l'aiguille. Ce forage se poursuit en été et en septembre.

 

Après quelques semaines, à partir du 3ème stade larvaire, la chenille déambule sur le rameau en utilisant la portion de l'aiguille desséchée et excavée comme gaine protectrice, ouverte aux deux extrémités, dans laquelle elle s'introduit partiellement en tenant la moitié antérieure de son corps dehors. Elle consomme d'autres aguilles puis gagne ainsi les bourgeons des petits rameaux où elle hiverne. A la fin du mois d'avril ou au début de mai, elle sort de la gaine et se met à ronger les aiguilles. Elle pénètre ensuite d'aiguille en aiguille, de telle sorte qu'une seule chenille est capable de détériorer plusieurs aiguilles d'un même faisceau. Les orifices d'entrée deviennent plus gros à mesure que la chenille se rapproche du moment où elle doit former sa chrysalide à l'intérieur d'un fuseau formé de deux aiguilles accolées, la plupart du temps au coeur d'une rosette d'aiguilles. La chenille se chrysalide dans le courant du mois de mai.

 

Les papillons apparaissent envirion 3 semaines après et vivent une quinzaine de jours. Le coléophore est soumis à une forte pression du cortège d'ennemis naturels qui assurent la régulation de ses pullulations.

 

  • Symptômes et éléments de diagnostic

 

- aiguilles attaquées vertes dans leur moitié inférieure et jaunes et frisées, dessèchées dans leur moitié supérieure

- le houppier prend un aspect général "ébouriffé" et jaunit en cas d'attaque massive

- sur les rameaux , on observe des petits fuseaux d'environ 5 mm de long qui contiennent une chenille. Ils sont disposés à peu près perpendiculairement aux aiguilles.

 

Adulte : petit papillon de 9 à 11 mm d'envergure avec des ailes grises

Larves : chenilles de 4 à 4,5 mm au dernier stade, vivant dans un fourreau constitué d'une aiguille creusée

 

  • Dégâts

 

- La défoliation peut être totale ; ces dégâts peuvent être particulièrement graves sur jeunes plantations ou semis, pouvant aller, si la pullulation se maintient, jusqu'à compromettre la survie des plants

- Sur peuplements adultes, les arbres peuvent former de nouvelles aiguilles l'année même de l'attaque (généralement précoce)

- On constate des pertes d'accroissement après 3 ou 4 années de pullulation

- En cas d'attaques répétées, les arbres colonisés peuvent alors être colonisés par des parasites de faiblesse.

 

 

 

Dernière modification : 07/03/17
  • Auteur :
  • D S. F. (Département de la Santé des Forêts)
COLELAR
Figure 1
COLELAR
Figure 2
COLELAR
Figure 3
COLELAR
Figure 4
COLELAR
Figure 5
COLELAR
Figure 6
COLELAR
Figure 7
COLELAR
Figure 8
COLELAR
Figure 9
COLELAR
Figure 10