• LSE-Université de Lorraine

Vers de terre

 

 

 

Classification (position systématique)
Source : INPN

 

Règne : Animal
Embranchement (Phylum) : Annelida
Classe : Clitellata
Sous-classe : Oligochaeta
Ordre : Crassiclitellata
Sous ordre : Lumbricina

 

 

Caractéristiques morphologiques
Annélides au corps allongé, absence de pattes (apodes), nombreux segments (appelés anneaux) composés de nombreux muscles, pas de squelette. A maturité, un clitellum est apparent (renflement au niveau du corps). Les soies sont présentes mais peu nombreuses tout au long du corps (Oligochètes) et servent au déplacement et à s'accrocher aux particules de sol. Les vers possèdent une musculature puissante qui leur permettent de fouir jusqu’à des profondeurs importantes (jusqu’à 60 cm, parfois 2m) en fonction de la catégorie écologique du ver.

 

Cycle de vie
Les vers de terre se reproduisent activement au printemps et en automne, mais principalement lorsque l'humidité est présente est que la température est entre 12 et 25°C. Ainsi le ver de fumier et de compost (Eisenia fetida) peut se reproduire souvent si ces conditions sont réunies et que la nourriture est abondante. Les vers de terre sont hermaphrodites et peuvent donc se reproduire entre deux individus. Lors de l’accouplement le clitellum sert à maintenir les deux individus ensemble pour que l’échange de gamètes mâles puisse s’effectuer par les pores génitaux. Les spermatozoïdes sont alors stockés dans une spermathèque. Ensuite, après copulation, le clitellum des deux individus va permettent la production d'œufs (cocons) dans lesquels la fécondation aura lieu (les gamètes femelles et males ayant été emmenés lors de la création du cocon). Le cocon va se déplacer le long du corps des individus et se développer jusqu’à l’anus pour ensuite être déposé dans le sol. Les cocons vont ensuite éclore et donner de jeunes vers qui atteigneront une maturité sexuelle en quelques mois (en moyenne 3 mois). Certains vers de terre comme Lumbricus terrestris peuvent théoriquement vivre jusqu’à 6 ans. Cependant ils sont victimes d’une forte prédation et ils meurent souvent jeunes car ils n’ont aucun moyen de défense. Une adaptation face à cette pression de prédation peut être le développement d'un système de reproduction rapide.

 

Régime alimentaire
Les vers de terre se nourrissent de déchets végétaux et ingèrent en même temps de la terre en fonction de la catégorie écologique à laquelle ils appartiennent. 

 

Prédateurs ou régulateurs naturels
Les vers ont de nombreux prédateurs : les taupes, les hérissons, les amphibiens, les oiseaux et les arthropodes carnivores.

 

Habitats
Les vers de terre recherchent des sols humides mais les quittent s’ils sont inondés. En période de sécheresse et froid, ils s’enfoncent dans le sol où ils peuvent entrer en dormance dans des logettes et perdre alors jusqu’à 50% de leur eau (principalement hiver et été). 

Trois catégories écologiques de vers de terre ont été définies par les scientifiques à partir de leurs modes de vie (habitat et rôles).
Epigés : ces vers vivent en surface principalement dans les milieux organiques riches comme la litière faite de feuilles mortes, ou le compost. Ils sont généralement de petite taille et pigmentés leur permettant de se fondre dans le milieu et se dissimuler des prédateurs.
Anéciques : ce sont des animaux de grande taille sombre à l’avant du corps. Leur tête est effilée et leur queue en fer de lance. Ces vers creusent des galeries essentiellement verticales pouvant aller jusqu’à 1m de profondeur (importance pour infiltration d’eau et air dans le sol). Ils sortent principalement la nuit pour manger les feuilles de la litière à la surface du sol. Ils rebouchent leurs galeries par des déjections de surface (nommées turricules car en forme de petites tours). Certaines espèces peuvent être épi anéciques car épigées au stade juvénile initial puis anéciques par la suite, ou pour cause d'adaptation à un sol particulier. Lumbricus terrestris et Aporrectodea giardi sont des exemples.
Endogés : ces vers vivent en pleine terre, fuyant la lumière de la surface du sol. Ils se nourrissent de terre et rejettent des déjections dans leurs galeries qui sont principalement horizontales. Ce sont des vers de petite taille et peu colorés. Les vers de terre vivent dans tous les types de sols. Ils existent 3 grandes classes de vers de terre : les épigés qui vivent dans les premiers centimètres du sol, les endogés qui vivent en profondeur et les anéciques qui se déplacent de la surface jusqu’en profondeur.

 

Intérêts dans le jardin
Les vers de terre augmentent grandement la fertilité d’un sol en mélangeant la terre et la matière organique qu’ils rejettent sous forme de déjection riches en éléments nutritifs pour les plantes (turricules). Les vers de terre permettent également l'activation des micro-organismes et donc l'accélération du recyclage de la matière organique. On utilise l'image de la belle au bois dormant pour mieux faire comprendre le mutualisme ver-bactéries

Les vers constituent la plus grosse biomasse animale sur les continents. Le travail des vers de terre quelle que soit leur catégorie écologique a des effets importants sur le sol :
- augmentation de la porosité qui améliore le drainage naturel et l’aération du sol (régulation du cycle de l'eau)
- action de brassage qui provoque une remontée de terre minéralisée et l’enfouissement des matières organiques
- les déjections (turricules) sont riches en éléments nutritifs et améliorent la structure du sol
- leurs galeries constituent des chemins préférentiels pour les racines et peuvent contrebalancer, au moins partiellement le tassement par les machines agricoles
- les vers constituent une importante source de nourriture pour de nombreux carnivores et insectivores 
- ils accumulent certains polluants du sol

 

Le saviez-vous ?
Les vers de terre ne se multiplient pas si on les coupe, seule la partie en amont du clitellum, partie qui possède le plus d'organes vitaux, peut permettre la survie (assez rarement) par fabrication de nouveaux anneaux. L'autre partie meurt. 

 

On peut échantillonner plus rigoureusement les vers de terre présents dans le sol sur une surface de 1m² grâce à un protocole utilisant de la moutarde dissoute dans de l'eau (OPVT).

 

Lorsqu'il pleut beaucoup, les vers de terre anéciques (les plus gros) sortent de terre pour éviter de se noyer car les galeries sont remplies d'eau dans laquelle l'oxygène nécessaire à la respiration cutanée (par la peau) des vers se fait rare. Ils viennent donc à la surface pour capter  l'oxygène de l'air par leur peau.

 



Dernière modification : 09/29/17
  • Auteur :
  • A Auclerc (Université de Lorraine / ENSAIA )
ver de terre photo 520 700 3
Figure 1
ver de terre photo 520 700 2
Figure 2
ver de terre photo 520 700 1
Figure 3
ver de terre photo 520 700 3
Figure 4