Rayonnement solaire et chaleur

Les plantes, et notamment la vigne, supportent généralement bien les fortes luminosités et les températures élevées, ceci si elles interviennent progressivement ; par contre, les brusques variations thermiques sont généralement beaucoup plus dangereuses. En effet, les fortes chaleurs augmentent le phénomène d'évaporation, désorganisent les structures cellulaires et détruisent les protéines.

 

  • Brûlures solaires

Les coups de soleil sont assez fréquents chez les végétaux, comme chez la vigne. Ils se manifestent sur les parties herbacées à des températures supérieures à  42°C, et notamment les organes ordinairement ombragés. On peut ainsi observer des dessiccations partielles des feuilles dont le limbe brunit et se nécrose sur des secteurs plus ou moins étendues.  Sur les baies, c'est essentiellement la face la plus exposée au soleil qui est touchée. Ainsi, une lésion brun rouge apparait sur un coté du fruit, par la suite la baie entière peut se dessécher. Si le stress est important, la grappe entière est atteinte.
Soulignons que cette maladie non parasitaire semble plus grave dans les sols très caillouteux ou de couleur claire et dans les parcelle particulièrement exposées au rayonnement solaire.

 

  • Stress hydrique

En période de fortes chaleurs, la vigne peut aussi être confrontée à un stress hydrique qui se traduira par un enroulement des feuilles et un brunissement du limbe. Si le manque d'eau est élevé, des nécroses foliaires pourront se manifester.


Notons que l'irrigation par aspersion est une technique (lorsqu'on peut la mettre en oeuvre) qui permet d'abaisser la température dans les parcelle de vigne.


Dernière modification : 09/18/17
Auteurs : D. Blancard (INRA), C. Deluche (INRA)
  • Brulure-Solaire1
    Figure 1
  • Brulure-Solaire2
    Figure 2
  • Brulure-Solaire4
    Figure 3
  • Brulure-Solaire3
    Figure 4




Fermer
Fermer
indicator

Haut de Page