Névroptères

Chrysopes, hémérobes et coniopterygidés

 

Les névroptères appelés aussi Planipennes ont deux paires d'ailes bien développées, à réseau de nervures très serré, ailes couchées en toit sur le corps au repos. Les larves à yeux simples sont carnassières et ont des mandibules longues et canaliculées.

Parmi les névroptères intéressants au vignoble, on considère principalement les Chrysopidae (chrysopes), les Hemerobiidae (hémérobes) et les Coniopterygidae (conioptérygidés).

 

  • Chrysopidés

Il existe plusieurs dizaines d'espèces de Chrysopidae en France, dont plusieurs ont été décrites dans le vignoble (Chrysopa perla, Chysoperla carnea, C. lucasina, C. affinis, Pseudomallada prasinus, etc.). Les imagos ou adultes sont de taille variable (entre 18 et 53 mm) de couleur souvent verte, parfois brune ou foncée. Les yeux sont hémisphériques et très saillants, les antennes sont filiformes et longues. Les ailes sont transparentes à nervures bien visibles, sans ornementation. Ces adultes se nourrissent surtout de pollen et nectar (figure 1), mais aussi de miellat (pucerons, cochenilles) et leur présence est liée à l'environnement floristique du vignoble.

Les pontes de chrysopes sont caractéristiques, avec des oeufs blancs, ovoïdes placés à l'extrémité d'un long filament (figure 2).

Les larves mesurent entre 2 et 8 mm, avec un corps fusiforme orné de soies dressées. Elles sont de couleur vert clair à jaunâtre avec souvent deux bandes longitudinales plus sombres (figure 3). Elles passent par trois stades larvaires, dont le dernier tisse un cocon (figure 4) qui abrite la prénymphe puis la nymphe qui émerge du cocon et est mobile avant de se transformer rapidement en adulte. Les larves de Pseudomallada sp. sont couvertes de débris et dépouilles de leurs proies (figure 5). Les larves de toutes les espèces de Chrysopidae sont prédatrices, leurs pièces buccales ayant la forme de crochets creusés de deux canaux qui permettent de saisir les proies (figure 3) puis par injection de venin d'absorber les tissus de la proie dissous. Le spectre alimentaire des larves est diversifié : chenilles de tordeuses, cochenilles farineuses, larves de drosophiles. La présence de ces larves est par contre assez discrète au vignoble.

La forme d'hivernation dépend de l'espèce. Toutes les espèces sont généralement plurivoltines, mais le nombre de générations dépend des conditions climatiques. Dans le vignoble du Sud de la France, les chrysopes hivernent dans des lieux secs et sombres, sous les feuilles mortes, la litière ou sous les écorces, et sont courantes dans les batiments non chauffés. Elles migrent au printemps depuis leurs sites d’hivernation vers les agroécosystèmes pour y trouver des ressources alimentaires et se reproduire, puis retournent à l’automne vers leurs sites d’hivernation (figure 6).

 

  • Hémérobidés

Les adultes des Hemerobidae sont de couleur brune, avec des ailes souvent ornées de taches plus sombres. Leur envergure est d'environ 15 mm (figure 7). Les oeufs sont blanchätres mais sans pédoncule et fixés seuls ou par petits groupes.

Les larves ressemblent à celles des chrysopes mais en plus petit. La nymphose a lieu dans un cocon un peu allongé formé sur la plante ou au pied de celle-ci dans la mousse. Ces insectes surtout inféodés aux arbres, sont très actifs et consomment des insectes à tégument souple comme certaines espèces de cochenilles, des acariens ou de jeunes chenilles.

 

  • Conioptérigidés

Les Coniopterygidae sont de très petits insectes de quelques millimètres, dont les ailes sont couvertes d'une pruine blanc-gris (figure 8).

Les oeufs sont aplatis et sans pédicelle, disposés seuls ou en petits groupes sur l'écorce ou le feuillage. Les larves qui mesurent 3-4 mm de long sont trapues avec des antennes velues. Le cocon de nymphose observé sur les plantes est aplati.

Les larves comme les adultes consomment des oeufs, larves et adultes de petits insectes ou acariens à téguments mou. Les adultes se nourrissent aussi du miellat produit par d'autres insectes comme les cochenilles.

 

Bibliographie

Serée L, Rusch A, Rouzes R, el Mir M (2019) Étude des populations de chrysopes dans les vignobles. Phytoma, 720, 39-43

Sentenac. G (2011), La faune auxiliaire des vignobles de France, Eds France Agricole-Dunod.


Classification : Animalia, Arthropoda, Insecta, Neuroptera
Synonymes :
Dénomination anglaise : common lacewings

Dernière modification : 15/02/2022
  • Auteur :
  • S Chamont (INRA)
chrysopidae-adulte
Figure 1
chrysope_ponte
Figure 2
chrysope_larve
Figure 3
cocon-nymphose-chrysope
Figure 4
dichochrysa-camouflage
Figure 5
biologie-chrysope
Figure 6
hemerobidae-adulte
Figure 7
Conwentzia
Figure 8