Principaux symptômes

Elsinoë ampelina est responsable de symptômes sur vigne assez comparables à ceux provoqués par l'excoriose, alors méfiance.

 

  • Feuilles

Ce champignon provoque d'abord des petites taches humides sur les jeunes feuilles, de quelques millimètres de diamètre (1 à 4 mm) et de couleur brune à marron chocolat (figures 1 à 3). Celles-ci sont par la suite circulaires à angulaires, s'étendent progressivement et peuvent atteindre un demi centimètre (figure 4). Elles restent isolées ou confluent et couvrent des secteurs importantes du limbe (figure 5). Elles présentent parfois un halo chlorotique plus ou moins marqué.

Ces taches sont souvent localisées le long des nervures (figure 2). En fin d'évolution, les tissus centraux ont tendance à se nécroser, s'éclaircir (coloration blanc grisâtre) (figure 6) et se dessécher. Ils finissent par tomber, conférant au limbe un aspect criblé (figure 7). Sur les jeunes feuilles, lorsque de nombreuses lésions se développent le long des nervures, des déformations et/ou des mortalités foliaires plus ou moins importantes peuvent être constatées.

  • Jeunes pousses et rameaux

Des lésions localisées et allongées se forment sur les jeunes rameaux herbacés qui sont particulièrement sensibles ; humides, de forme elliptique et de teinte fluctuant entre le brun, le noir, et le violet, elles peuvent modifier développement des jeunes pousses (figure 8). Elles s'étendent et progressent en profondeur, gagnant la moelle. En fin d'évolution, ces lésions s'étendent et s'éclaircissent en leur centre (figure 9); elles peuvent donner lieu à des chancres creux plus ou moins marqués et graves, rendant les rameaux plus cassants ou entrainant son dessèchement et sa mort (figures 10 et 11). Les lésions sur pétioles et les vrilles sont identiques (figure 12). De telles lésions peuvent être observées sur les bois l'hiver (figure 13).

Des confusions de diagnostic peuvent avoir lieu avec des dégâts de grêle.

  • Grappes et baies

Des taches circulaires et légèrement concaves, brunes, apparaissent sur les jeunes baies perturbant leur croissance (figure 14). Elles ont la forme d'un oeil d'oiseau (les anglo-saxons parlent de pourriture en oeil d'oiseau) (birds eye rot) ; parfois plus claires en leur centre, elles ont une couleur plutôt noir violacé en périphérie. Lorsqu'elles sont attaquées précocement, les jeunes grappes peuvent noircir et se dessécher (figures 15 à 17).
 
Des fortes mortalités d'inflorescences (figure 18) et de rameaux ont pu être constatées.

Dernière modification : 11/04/16
  • Auteur :
  • D Blancard (INRA)
Anthracnose1
Figure 1
Anthracnose5
Figure 2
Anthracnose3
Figure 3
Anthracnose14
Figure 4
Anthracnose6
Figure 5
Anthracnose11
Figure 6
Anthracnose18
Figure 7
Anthracnose2
Figure 8
Anthracnose8
Figure 9
Anthracnose9
Figure 10
Anthracnose13
Figure 11
Anthracnose26
Figure 12
Anthracnose17
Figure 13
Anthracnose28
Figure 14
Anthracnose31
Figure 15
Anthracnose27
Figure 16
Anthracnose30
Figure 17
Anthracnose10
Figure 18