Phomopsis viticola (Sacc.) Sacc. 1915

Excoriose

 


Phomopsis viticola est le champignon parasite responsable de l'excoriose (Phomopsis cane and leaf spot). Avant 1925, cette maladie du bois, d'origine européenne, était connue sous le nom d'anthracnose ponctuée, à cause des fortes similitudes observées entre ses symptômes et ceux provoqués par l'anthracnose appelé aussi black spot par les anglo-saxons (Elsinoë ampelina).

L'origine de l'excoriose est très probablement européenne ; elle y fut observée pour la première fois à la fin du 19ème siècle et identifiée au début du 20ème siècle. Cette maladie est maintenant présente dans la majorité des zones viticoles dans le monde, signalée dans de nombreux pays viticoles sur tous les continents. Elle est surtout problématique durant la phase de débourrement et de croissance des jeunes sarments dans les zones de production où le climat est humide. Ce sont les attaques sur rameaux et sur fruits qui ont les répercussions économiques les plus importantes, les lésions foliaires sont généralement sans gravité. Notons que les lésions sur rameaux augmentent considérablement leur sensibilité au gel et contribuent à diminuer les rendements.

De nombreux vignobles européens sont affectés par l'excoriose : Italie, Espagne, Portugal, Suisse, Allemagne, Hongrie…. En France, l'excoriose touche tous les vignobles avec plus ou moins d'incidence. Les régions, telles que la façade atlantique, dont le climat est pluvieux après le débourrement sont particulièrement exposées au risque d'infection.

L'interdiction d'utilisation de l'arsénite de sodium en traitement d'hiver semble être à l'origine de la recrudescence de l'excoriose dans certaines zones de production viticoles dans le monde.

 


Classification : Fungi, Ascomycota, , Pezizomycotina, Sordariomycetes, Sordariomycetidae, Diaporthales, Diaporthaceae
Téléomorphe :
Diaporthe
Synonymes :
Cryptosporella viticola Shear (1911), Sphaeropsis viticola Cooke (1883)

 

Informations complémentaires associées à l'excoriose ou son agent pathogène

  • P. viticola a été associé à tord par les anglo-saxons à l'eutypiose (dead arm disease), avant que cette maladie ne soit attribuée à Eutypa lata. Ajoutons que cette situation n'est pas étonnante car P. viticola, pathogène notamment sur sarments, est aussi fréquemment isolé dans le bois de ceps atteints d'eutypiose ou d'esca notamment.
  • Plusieurs Phomopsis spp. ou champignons assimilés ont été observés et/ou isolés de ceps de vigne excoriés ou non. Par exemple au moins deux principaux taxons ont été décrits en Australie :
    - Phomopsis taxon 1, détecté dans certaines zones de production, dont la forme sexuée (téléomorphe) a été nommée Diaporte australafricana (ex. Diaporte perjuncta, ex. Diaporte viticola), il serait sans incidence sur la vigne, considéré comme un simple endophite ;
    - Phomopsis taxon 2 est en fait P. viticola, à l'origine de l'excoriose dans de nombreuses zones de production du monde ; ce dernier ne disposerait pas de forme sexuée connue ce qui est contraire à la bibliographie plus ancienne.
  • Phomopsis amygdali a également été isolé sur vigne à plusieurs reprises, sans être impliqué dans l'excoriose. Un Phomopsis, de séquence génétique proche de Diaporte phaseolorum, a aussi été signalé aux États-Unis sur vigne.
  • Un autre champignon, anciennement nommé Macrophoma flaccida, maintenant considéré comme synonyme de Fusicoccum aesculi (anamorphe de  Botryosphaeria dothidea), est responsable dans certains pays de symptômes d'excoriose. Après clarification du concept de B. dothidea, c'est Neofusicoccum parvum qui en serait responsable.

Dernière modification : 09/21/17
Auteur : D. Blancard (INRA)




Fermer
Fermer
indicator

Haut de Page