Méthodes de protection vis-à-vis

de Phomopsis viticola

 

  • Arracher les vignes abandonnées à proximité de la parcelle : elles représentent des sources potentielles d’inoculum.
  • Utiliser en pépinière des bois sains lors de la réalisation des plants greffés.
  • Utiliser des cépages moins sensibles (Sensibilité des cépages).
  • Respecter les densités de plantation afin d’obtenir une parcelle de vigne bien aérée.
  • Lors de la taille, éliminer le maximum de sarments excoriés et les brûler.
  • Maîtriser la vigueur de la vigne :
    • choisir un porte-greffe peu vigoureux ;
    • maîtriser la fertilisation, notamment azotée, la réduire si nécessaire ;
    • enherber.
  • Epamprer les ceps, et ne pas travailler dans la vigne lorsque les plantes sont humides.
  • Observer régulièrement les ceps afin de détecter les premiers foyers.

 

 

  • Utiliser les outils d'aide à la décision (OAD) (la SESMA propose un modèle "Potentiel système) et/ou tenir compte des avis des bulletins de santé du végétal.
  • Mettre en œuvre une protection chimique anti-excoriose à la période clef de sensibilité de la vigne située au printemps après le débourrement entre les stades D (éclosion des bourgeons) et E (premières feuilles étalées)  (e-phy). En bio, du soufre peut être appliqué.

 

Des traitements seront indispensables si des bois excoriés sont observés lors de la taille et/ou lors de printemps humides. Il conviendra d'utiliser des panneaux récupérateurs qui permettent d'économiser jusqu'à 80% du produit. Ajoutons que plusieurs fongicides anti-mildiou présentent des effets secondaires non négligeables à l’égard de l’excoriose.

 

Dernière modification : 11/07/16
  • Auteurs :
  • D Blancard (INRA)
  • P Lecomte (INRA)
  • A Yanitch (INRA)