Biologie, épidémiologie


Contrairement à Phomopsis viticola
Elsinoë ampelina  réalise plusieurs  cycles biologiques par an sur le couvert végétal de la vigne. La durée d’un cycle varie en fonction des conditions climatiques ; en périodes humides très favorables, il peut se réaliser en moins d’une semaine.

  • Conservation et sources d'inoculum
Elsinoë ampelina se conserve aisément d'une année à l'autre sur la vigne, essentiellement sur les rameaux présentant des lésions chancreuses (figure 1), les sarments, les bois de taille laissés sur le sol, les baies de raison tombées sur ce dernier... Ce champignon s'y pérenniserait plus de 3 à 5 années sous la forme de stromas se développant sur les organes malades. Il se pérenniserait aussi sur d'autres espèces appartenant au genre Vitis, par exemple sur V. labrusca et V. rupestris, et sur Rubus fruticosus et R. idaeus.
 
  • Pénétration et invasion
Au printemps, les stromas devenus sporifères (présence d'acervules) à la suite de périodes humides sont à l’origine de conidies assurant les contaminations primaires sur les jeunes tissus particulièrement sensibles. En présence d’eau libre sur le végétal, les spores germent entre 2 et 32°C. Les filaments formés pénètrent directement la cuticule. Du mycélium intercellulaire envahit les tissus et les désorganise. 

Notons que des contaminations pourraient se réaliser grâce aux ascospores issues d'ascostroma formés la saison passée sur les organes malades.
 
  • Sporulation et dissémination
Une fois les tissus envahis, des conidies se forment sur le mycélium subcuticulaires et par la suite en plus grandes quantités sur les stromas formés (acervules) (figures 2 et 3). Ces conidies (figure 4) assurent la dispersion de la maladie à la suite de pluies, d’éclaboussures, lors d'orages associés à de la grêle, mais aussi par l’intermédiaire d’insectes « vecteurs passifs » non précisés.

Des asques seraient aussi produits à l’intérieur d’ascostromas à plusieurs loges (multiloculaires). Chacun d'entre eux contiendrait 8 ascospores pluricellulaires brunes à noires qui seraient également infectieuses.
 
  • Conditions favorables à son développement

E. ampelina apprécie les conditions humides, les pluies, les périodes de rosée. L'anthracnose sévit notamment dans les bas-fonds abrités. Par contre, les parcelles aérées, bien exposées et ensoleillées sont moins affectées. Son optimum thermique se situe en 24 et 26°C. Les périodes climatiques chaudes et sèches sont peu propices à cette maladie.

Tous les cépages sont sensibles, certains particulièrement : alicante-bouschet, cabernet, grenache, malbec, merlot. Les tissus jeunes sont particulièrement sensibles. Les feuilles âgées semblent moins réceptives. La grappe est sensible de la floraison à la véraison.

Dernière modification : 11/04/16
  • Auteur :
  • D Blancard (INRA)
Anthracnose17
Figure 1
Anthracnose20
Figure 2
Anthracnose23
Figure 3
Anthracnose21
Figure 4