Méthodes de protection vis-à-vis

d'Elsinoë ampelina

 

  • Arracher les vignes abandonnées sources potentielles d’inoculum.
  • Utiliser des bois sains lors de la réalisation des plants greffés.
  • Utiliser des cépages moins sensibles. Notons que Vitis vinifera, l'espèce européenne de vigne, est sensible à l'anthracnose, alors que certaines espèces américaines, telles que V. labrusca and V. aestivalis, sont de bonnes sources de résistance à cette maladie. D'autres espèces ont également été signalées comme résistantes : V. aestivalis, V. champini, V. labrusca, V. rupestris, V. shutleworthii, V. tiliafolia, V. vulpina, V. munsoniana, V. rotundifolia...
  • Respecter les densités de plantation afin d’obtenir une parcelle de vigne bien aérée.
  • Lors de la taille, éliminer le maximum de sarments malades et les brûler. De plus, penser à aussi éliminer les fruits momifiés, les grappes et les vrilles sources d'inoculum primaire.
  • Maîtriser la vigueur de la vigne :
    • choisir un porte-greffe peu vigoureux ;
    • maîtriser la fertilisation, notamment azotée, la réduire si nécessaire ;
    • enherber.
  • Epamprer les ceps, et ne pas travailler dans la vigne lorsque les plantes sont humides.
  • Observer régulièrement les ceps afin de détecter les premiers foyers.
  • Mettre en œuvre une protection chimique anti-anthracnose. Actuellement aucun fongicide n'est homologué en France pour cet usage.  La période clef de sensibilité de la vigne se situe au printemps dans les semaines qui suivent le  débourrement. Ajoutons que ce champignon est sensible à de nombreux fongicides employés pour contrôler les autres maladies cryptogamiques de la vigne.
Dernière modification : 11/07/16
  • Auteur :
  • D Blancard (INRA)