• DGAL

Hymenoscyphus fraxineus

Chalara fraxinea

La chalarose du frêne

 

      Fréquence
      Agressivité
      Impact

 

 

 

   

 

Position systématique : Champignon - Ascomycète - Helotiacé

Hôtes habituels : Frênes
Localisation sur l'hôte : Rameaux, feuilles, collets

 

  • Biologie

 

Chalara fraxinea est le nom donné à la forme asexuée du champignon. Hymenoscyphus fraxineus est le nom donné à la forme sexuée depuis 2013. Avant 2013, le nom de la forme sexuée était Hymenoscyphus pseudoalbidus, ce nom n'est plus utilisé. Par convention, le nom qui doit être utilisé est le nom de la forme sexuée: Hymenoscyphus fraxineus.

 

- Dans le houppier :

Les ascospores véhiculées par le vent se déposent et germent sur les feuilles. Elles provoquent la formation de nécroses foliaires en été. Le champignon développe son mycélium et passe des feuilles aux pousses ou rameaux à la fin de l'été. Les observations in situ suggèrent que seule une faible proportion d'infections foliaires aboutirait à des infections de rameaux car dans la majorité des cas, les feuilles tombent avant qu'Hymenoscyphus fraxineus n'atteigne les tissus de ces derniers.

 

- Au niveau du collet :

Une contamination directe du bois serait faite par les ascospores via les lenticelles. Cette hypothèse est cohérente avec la forte fréquence du nombre d'apothécies de H. fraxineus sur les rachis des feuilles de frêne, dans la litière, au pied des arbres adultes, mais aussi avec la présence de H. fraxineus dans les seules zones nécrosées et non dans le bois sain sous jacent.

 

La chalarose n'est pas une maladie vasculaire. En effet, H. fraxineus n'est pas capable de se propager dans l'ensemble de l'arbre via les vaisseaux du bois mais seulement sur quelques centimètres dans les vaisseaux de très jeunes tiges (pousses, semis). Il peut être présent sur toutes les parties de l’arbre mais uniquement au niveau des nécroses et des pourritures. Le champignon n’est pas présent dans le bois sain (aubier ou bois de cœur).

 

  • Symptômes et éléments de diagnostic

 

Dans le houppier, les arbres atteints présentent des flétrissements et/ou des nécroses du feuillage, des mortalités de rameaux, des nécroses corticales et des faciès chancreux, associés à une coloration grise du bois sous-jacent. Les flétrissements des pousses s’observent au début de l’infection. Le déficit foliaire et les mortalités de pousses, rameaux et branches qui apparaissent rapidement sont en corrélation étroite avec la fréquence de nécroses de l’écorce.

 

Tous les âges sont touchés. Les premiers symptômes s’observent facilement sur les jeunes sujets (semis, rejets, jeunes tiges) et parallèlement, des mortalités de pousses et de fines branches se multiplient dans les houppiers des arbres adultes.

 

Dans les parcelles très infectées, certains frênes ont des nécroses au collet. Elles peuvent être localement très importantes, sans que des symptômes soient forcement visibles dans les houppiers. Ces nécroses sont par la suite souvent envahies par Armillaria sp. qui agit comme un parasite opportuniste ou de faiblesse.

 

  • Dégâts

 

- Sur les jeunes tiges, en zone contaminée, les jeunes tiges (semis ou plants de hauteur inférieure à 2 m) meurent rapidement.

 

- Sur les arbres adultes ou sub-adultes :

                  - l'évolution de la maladie est lente dans les peuplements, il n'y a pas de dégradation rapide de l'état sanitaire des arbres dans un peuplement ;

                  - il y a une diversité dans l'apparition des symptômes de la maladie au sein d'un même peuplement, l'aspect de certains frênes se détériore, d'autres montrent peu de symptômes et/ou se dégradent peu. Une amélioration de l’état sanitaire de certains arbres a même été évoquée, en liaison probablement avec l'apparition de gourmands et des petites branches et rameaux morts qui tombent, reconstituant un houppier qui paraît moins atteint, surtout en fin d'été ;

                  - les nécroses au collet sont les principaux facteurs de dégradation de l'état sanitaire des arbres touchés. L’état sanitaire des arbres nécrosés au collet se dégrade rapidement avec la progression de la nécrose autour du collet.

 

Voir aussi:

Article 'Chalara fraxinea sur frêne, situation 2012'

Le site fraxinus de l'INRA

La chalarose du frêne en France, Forêt Entreprise n°228, 2016

La chalarose, Bois du Nord

Chalarose du frêne et autres maladies invasives : il est possible de mieux protéger les forêts, The Conversion

CHALFRAX, le site du projet pour mieux comprendre et apporter des éléments de gestion

L'émergence de la chalarose en France, Revue Forestière Française n°6, 2018

 

Dernière modification : 06/11/2019
  • Auteur :
  • D S. F. (Département de la Santé des Forêts)
CHALFRA
Figure 1
CHALFRA
Figure 2
CHALFRA
Figure 3
CHALFRA
Figure 4
CHALFRA
Figure 5
CHALFRA
Figure 6
CHALFRA
Figure 7
CHALFRA
Figure 8
CHALFRA
Figure 9
CHALFRA
Figure 10