Halyomorpha halys

(Stål, 1855)

Punaise diabolique

 

 

Règne : Animal
Embranchement : Arthropodes
Classe : Insectes
Ordre : Hémiptères
Famille : Pentatomidés
Sous-famille : Pentatominés
Tribu : Cappaeini
Nom scientifique : Halyomorpha halys

 

Synonymes:
D’après Péricart (2010)
halys Stål, 1855 : 182 (Pentatoma)
mistus Uhler, 1860 : 223 (Poecilometis)
brevis Walker, 1867 : 226 (Dalpada)
remota Walker, 1867 : 227 (Dalpada)
picus auct. (non Fabricius, 1794).

 

Noms communs :
[ français ] punaise diabolique
[ français ] punaise marbrée
[ allemand ] Marmorierte Baumwanze
[ anglais ] brown marmorated stink bug (abrégé BMSB aux USA)
Également appelée « the yellow-brown stink bug » en Asie.

 

La punaise diabolique est originaire d’Asie, où elle est considérée comme un ravageur important des cultures fruitières et maraîchères. Elle a été introduite aux USA sans doute avant 1998, puis en Suisse en 2007. Aux USA elle a colonisé de vastes territoires à l’Est avant de rejoindre l’Ouest. Elle cause depuis quelques années d’importants dégâts à un très grand nombre de cultures, notamment aux fruits mais également au soja, c’est une espèce très polyphage. Elle est également connue pour envahir parfois en très grande quantité les habitations, en automne, lorsqu’elle recherche des abris pour hiverner. En Europe elle est restée discrète pendant quelques années mais depuis 2012 elle semble étendre son aire de répartition. Elle ne commet pas encore de dégâts en Europe, mais une analyse du risque phytosanitaire (Anses, 2014) a conclu qu’il s’agissait d’un insecte qui potentiellement pouvait infliger de lourdes pertes à de nombreuses productions agricoles parmi les plus importantes pour la France (arboriculture, viticulture, maraichage etc.). Le risque pour la santé humaine et les animaux domestiques est limité, bien que des cas d’allergies aient été signalés aux USA. Toutefois les désagréments causés par des milliers de punaises dans les maisons à l’automne seront importants.


Halyomorpha halys a été découverte en France en été 2012, en Alsace, mais signalée seulement en 2013 à cause d’une confusion avec Rhaphigaster nebulosa (Poda, 1761), une punaise européenne assez semblable. Il est probable que l’invasion se poursuive en France et le suivi de sa progression est important, à la fois pour prévenir les populations de la conduite à adopter en cas d’infestation et pour que les filières agricoles puissent se préparer à d’éventuels dommages aux cultures.

 

L’intérêt de cette application est double. D’une part, le support smartphone permet d’avoir une source d’informations accessibles au public. D’autre part, il facilite la participation du public au recueil d’informations dont nous manquons encore cruellement à l’heure actuelle.


Dernière modification : 04/20/15
Auteur : J. Streito (INRA)




Fermer
Fermer
indicator

Haut de Page