Malus pumila
Les maladies et ravageurs




- Les principales maladies du pommier :

Parmi les maladies bactériennes les plus redoutées on trouve le feu bactérien causé par Erwinia amylovora.

Les maladies fongiques qui atteignent le pommier sont la tavelure (Venturia inaequalis figure 1), l'oïdium (Podosphaera leucotricha) et le chancre du collet (Phytophtora cactorum).

Les maladies à virus sont moins à redouter depuis que les plants certifiés apportent une garantie vis-à-vis de la maladie du bois souple (due à un mycoplasme), la mosaïque du pommier, la maladie des proliférations et la maladie des taches liégeuses ou russet ring.

En conservation, les principaux dégâts sont dus à Penicillium expansum, agent de pourriture, donnant au fruit un goût terreux près des zones atteintes par le champignon (figure 2).


- Les principaux ravageurs du pommier :

Beaucoup sont communs aux arbres fruitiers à pépins et à noyaux. De nombreux autres ravageurs sont communs avec le poirier comme la cochenille virgule du pommier (Lepidosaphes ulmi), la cochenille ostréiforme (Diaspidiotus ostraeiformis) et la cochenille jaune des arbres fruitiers (Diaspidiotus piri) qui colonisent les rameaux. Coleophora hemerobiella, est un lépidoptère qui provoque des dégâts sur feuilles et fruits (figure)

La tordeuse rouge des bourgeons (Spilonota occellana), le puceron vert migrant du pommier (Rhopalosiphum insertum) et le puceron vert non migrant du pommier (Aphis pomi) attaquent les feuilles. La sésie du pommier (Synanthedon myopaeformis) creuse le bois.

Enfin, on rencontre de nombreux ravageurs plus spécifiques comme le puceron lanigère du pommier (Eriosoma lanigerum) sur les racines ou les plaies du tronc,  l'hoplocampe du pommier (Hoplocampa testudinea) qui détruit les bourgeons floraux. On note aussi des dégâts de puceron cendré du pommier (Dysaphis plantaginea), de l'hyponomeute du pommier (Yponomeuta malinellus). Le cémiostome du pommier (Leucoptera malifoliella) creuse des mines dans les feuilles (figure 3).

Enfin, sur fruits, les dégâts les plus fréquents sont dûs à Cydia pomonella (carpocapse).

Dernière modification : 09/02/16
  • Auteur :
  • A INRA (INRA)
pomme_tavelure
Figure 1
pommier-monilia
Figure 2
pomme_penexpansum
Figure 3
Leucoptera-malifoliella5
Figure 4
pommier-puceroncendre
Figure 5
pommier-metcalfa
Figure 6