Podosphaera pannosa

Description du champignon

 

 

Comme tous les oïdium, Podosphaera pannosa développe son mycélium à la surface des organes contaminés (figure 1) et parasite les cellules épidermiques en émettant des haustoria qui pénètrent dans celles-ci afin d'utiliser les métabolites de la plante hôte. Lorsque les conditions deviennent favorables, le mycélium sporule à la surface de la feuille (figure 2).

 

La reproduction et la dissémination du champignon s'effectue par la formation, à la surface des organes colonisés, de conidiophores à l'extrémité desquels sont produites des conidies en chaînes de 6 à 8, ovoïdes ou en forme de tonnelet. La taille des conidies se situe autour de 19-25 X 9-14 µm (figure 3).

 

Les périthèces globuleux ou piriformes qui sont produits lors de la reproduction sexuée se situent dans une zone de mycélium dense d'aspect cotonneux, et ont un diamètre de 80 à 120 µm avec des fulcres courts et tortueux, septés et hyalins devenant brun pâle. Les asques sont oblong à globuleux (88-115 µm x 60-75 µm). Les ascospores sont au nombre de 6 à 8 par asques et ont une taille variable de 20-28 sur 12-16 µm.

 

Podosphaera pannosa peut contaminer d'autres plantes de la famille des rosacées comme Prunus cerasus, et est l'agent responsable de l'oïdium du pêcher, Prunus persica.

Dernière modification : 05/30/13
  • Auteur :
  • A LeBerre (INRA)
podosphaera_pannosa
Figure 1
Podosphaera_pannosa5
Figure 2
Podosphaera_pannosa4
Figure 3