• Logo_picleg
  • Quae

Phytotoxicités diverses

 

Parmi les pesticides employés en agriculture, les herbicideset, à un moindre degré, les insecticides et les fongicides, sont susceptibles d'occasionner des dégâts parfois importants sur tomate. Les phytotoxicités (pesticide injuries) qu'ils induisent sont classées dans les affections non parasitaires des plantes et ne sont malheureusement pas si rares que cela sur le terrain. Il conviendra donc de ne jamais les écarter de vos hypothèses de diagnostic.

Les figures 1 à 6,  exemplifiant quelques anomalies de coloration sur folioles et sur feuilles de tomate occasionnées par les pesticides, et plus particulièrement les herbicides, devraient vous permettre de vous familiariser avec les symptômes provoqués par les phytotoxicités. Ces anomalies de coloration peuvent être multiples : teinte verdâtre ou livide des folioles, jaunissement, blanchiment, anthocyanisation, aspect terne et/ou bronzé du limbe… Les jaunissements sont de loin les symptômes les plus fréquents ; ils peuvent avoir une intensité et une répartition différentes sur les folioles et les feuilles :
- jaunissement en taches, en plages plus ou moins bien délimitées, évoluant parfois vers la nécrose des tissus ;
- jaunissement des nervures et des tissus contigus ;
- jaunissement des jeunes feuilles de l'apex ;
- jaunissement diffus du limbe entre les nervures ;
- jaunissement diffus de l'ensemble du limbe ;
- jaunissement et dessèchement entre les nervures évoluant rapidement ;
- jaunissement internervaire du limbe plus ou moins homogène, évoluant parfois vers le blanchiment des tissus ;
- blanchiment du limbe…

Rappelons que l'utilisation d'un herbicide sur une culture ou à proximité n'est jamais une opération totalement anodine. Les risques de provoquer une phytotoxicité ne sont jamais totalement écartés.

D'autres pesticides, par exemple des insecticides et des fongicides, utilisés seuls ou en mélange, des substances comme des engrais, peuvent aussi être à l'origine de phytotoxicités sur tomate. Ils provoquent parfois de la même manière des jaunissements, mais également d'autres symptômes tels que :
 
  • des déformations foliaires bouleversant plus ou moins le port des plantes, associées à une réduction, voire à un arrêt total de la croissance des plantes. Les figures 7 à 12 permettent de se faire une juste opinion de la nature et de l'intensité des symptômes induits par certains composés phytotoxiques. On peut notamment observer :

 

      - un développement ralenti des plus jeunes feuilles, pouvant aller jusqu'à un arrêt total de la croissance ; dans ces conditions, les plantes présentent à terme un aspect rabougri, surtout si la phytotoxicité est survenue prématurément ;

 

      - des folioles partiellement ou totalement déformées, légèrement dentelées ou plus irrégulièrement découpées (figures 7 et 9), marbrées, cloquées et plus ou moins enroulées(figure 10) ;

 

      - la distorsion et/ou l'enroulement plus ou moins marqué des folioles, qui peuvent être plus courtes, filiformes et présenter des tissus fortement épaissis (figure 11) ;

 

      - des folioles incurvées en cuillère et/ou enroulées en forme de chistera  ;

 

      - l'enroulement de la totalité du limbe ;

 

      - l'aspect tire-bouchonné, chiffonné de toutes les feuilles (figure 12) ;

 

      - la prolifération de rameaux rigides et épais associée à des fasciations survenant sur la tige, les pédoncules, les sépales.



  • des petites lésions constatées sur folioles de tomate. En effet, il faut savoir que les tissus foliaires, surtout lorsqu'ils sont jeunes ou issus de plantes cultivées sous abris, sont parfois tendres et fragiles. Aussi, certains produits (pesticides surtout) peuvent poser des problèmes de sélectivité lorsqu'ils sont utilisés dans certaines conditions et s'avérer phytotoxiques pour la tomate (Phytotoxicités - chemical injuries). Diverses altérations nécrotiques peuvent alors apparaître sur les folioles, visibles à la fois sur les faces supérieure et inférieure du limbe (figures 13 et 14). Il est possible de confondre ces altérations avec certaines des taches décrites dans ce chapitre. En cas de doute, il sera sage de faire confirmer le diagnostic par un laboratoire spécialisé.

     
  • des flétrissements, de dessèchements, et des nécroses foliaires. Ainsi, les folioles des pieds de tomate affectés peuvent présenter :
    - des plages internervaires livides sur les feuilles basses, s'étendant, se nécrosant et se desséchant progressivement ;
    - une nécrose et un dessèchement de la périphérie du limbe des jeunes et des vieilles feuilles ;
    - un flétrissement et un dessèchement des feuilles de l'apex….

    Les figures 15 à 17 illustrent quelques-uns des symptômes induits par les herbicides, notamment ceux qui inhibent la photosynthèse.

     
  • de petites lésions vert sombre couvrant peu ou prou les parties des fruits les plus exposées (figures 18 et 19). En fait, le ou les produits pulvérisés doivent plus ou moins diffuser à travers la cuticule et affecter localement les tissus sous-jacents. Dans certains cas, des Microfissures pourront être également observées.
 
L'origine d'une phytotoxicité est assez difficile à déterminer. En effet, le producteur réfute bien souvent l'éventualité d'avoir effectué une erreur ou subi un préjudice à l'origine des dégâts. L'étude de la répartition dans le temps (date d'apparition des premiers symptômes et évolution) et dans l'espace (répartition des plantes malades dans la parcelle et évolution) des symptômes induits par cette phytotoxicité permet, dans la majorité des cas, d'en confirmer la cause.


Quelles questions se poser lorsqu'on suspecte une phytotoxicité ?

- la précédente culture a-t-elle été désherbée avec des herbicides rémanents ?
- des traitements herbicides ont-ils été réalisés à proximité de votre culture ?
- le matériel de traitement a-t-il été bien rincé ?
- le matériel de pulvérisation est-il bien entretenu (nettoyage, calibrage…)?
- le bon produit a-t-il été utilisé à la bonne dose ?
- n'a-t-il pas été utilisé trop fréquemment (effet cumulatif) ?
- les recommandations d'utilisation indiquées sur l'emballage ont-elles été respectées ?
- le traitement a-t-il eu lieu dans des conditions climatiques particulières (températures trop élevées, stress divers) ?
- des produits incompatibles, ou trop de produits, ont-ils été mélangés ?
- les applications ont-elles eu lieu dans de mauvaises conditions (vent fort, températures trop basses ou trop élevées) ?

Rappelons que l'eau d'irrigation peut être polluée par un herbicide.

Que faire à la suite d'une phytotoxicité ?

Bien qu'il n'existe pas de solution miracle dans cette situation, vous pouvez toujours adopter les mesures suivantes :
- bien définir l'origine de la phytotoxicité ;
- empêcher qu'elle ne se manifeste une nouvelle fois ;
- ne pas éliminer les plantes immédiatement, les conduire normalement et observer leur évolution qui ne sera pas fatale dans tous les cas. En fait, cela dépendra surtout de la nature, de la dose et de la rémanence du ou des produits en cause, du stade de croissance des pieds de tomate, du type cultivé et de la variété. Certains espoirs sont donc permis.

Aucune autre mesure spécifique ne peut être recommandée.

Dernière modification : 18/06/2013
  • Auteur :
  • D Blancard (INRA)
phytoto_tomate_DB_56c
Figure 1
phytoto_tomate_DB_56a
Figure 2
phytoto_tomate_DB_594_195
Figure 3
phytoto_tomate_DB_126
Figure 4
phytoto_tomate_7070
Figure 5
phytoto_tomate_DB_56d
Figure 6
phytoto_tomate_DB_017
Figure 7
phytoto_tomate_DB_015
Figure 8
phytoto_tomate_DB_016
Figure 9
Phytoto_basta_tomate_DB_509_66
Figure 10
Phytoto_basta_tomate_DB_511_68
Figure 11