• Logo_picleg
  • Quae

Aculops lycopersici (Acariose bronzée)

 


L'acarien Aculops lycopersici (Tryon) (figure 1), responsable de l'acariose bronzée (tomato russet mite) et membre de la famille des Eriophyidés, s'attaque à plusieurs plantes de la familles des solanacées : tomate, pomme de terre, aubergine, poivron, tabac, datura, pétunia…. Il peut être rencontré dans la quasi-totalité des régions de production du monde et de France, aussi bien en plein champ que sous abris.

 

  • Nature des dégâts

La face inférieure des folioles de la partie basse des plantes prend une teinte graisseuse à métallique. Par la suite, les feuilles montrent une coloration plutôt bronzée à l'origine du nom de cette maladie (figures 2 à 5) Des symptômes comparables peuvent être observés sur la tige sur des segments assez conséquents (figure 6), et sur les pétioles ; les fleurs peuvent avorter. Lorsque l'attaque n'est pas contrôlée, les plantes roussissent et se dessèchent plus ou moins ; elles peuvent mourir à terme (figure 6).

Les fruits sont aussi affectés. Ils sont plus ou moins bien colorés ; à terme, ils sont souvent plus petits et montrent des plages liégeuses plus ou moins étendues (figures 7 et 8), voire crevassées (figure 9).

Ces différents dégâts sont dus aux piqûres nutritionnelles de cet acarien qui prolifère rapidement sur la tomate.

 

  • Biologie

Plusieurs stades de développement peuvent être observés : oeuf, stades larvaires, et adulte.

- Formes de conservation et/ou hôtes alternatifs : cet acarien pourrait passer l'hiver sur différentes adventices environnantes.

- Stades de développement : les oeufs, ronds et blancs, sont déposés sur les folioles et la tige. Ils donnent naissance à des larves de premier stade, blanches à jaunâtres, ayant le même aspect que les adultes. Ces derniers apparaissent après le deuxième stade larvaire. De forme conique, ils mesurent entre 0,15 et 0,20 mm de long et ont une couleur crème à brun-gris clair, voire orangée (figure 10).

La durée du cycle biologique d'Aculops lycopersici fluctue en fonction des conditions climatiques notamment, de moins d'une semaine à plus de deux.

- Dispersion dans la culture : cet acarien, qui ne peut pas voler, est disséminé dans la culture par le vent, les animaux et les insectes se déplaçant dans la culture, mais aussi les ouvriers et leurs outils au cours des opérations culturales.

- Conditions favorables de développement : les conditions optimales de développement de cet acarien sont une température d'approximativement 27°C et une hygrométrie de 30 %, autrement dit un temps chaud et sec. Il semble aussi s'accommoder assez bien de conditions climatiques moins clémentes.


 

  • Méthodes de protection

Plusieurs méthodes de protection sont préconisées pour contrôler le développement d'Aculops lycopersici sur la tomate en France :
- traiter les plantes avant arrachage en présence de populations élevées de ravageurs ;
- enlever et détruire les débris végétaux et les résidus de culture ;
- lessiver à l'eau et traiter les parois des abris, les poteaux, les allées bétonnées avec un insecticide ou un acaricide de contact (e-phy) ;
- désinfecter le matériel utilisé en serre (système goutte-à-goutte, caisses…) ;
- contrôler la qualité sanitaire des plants avant et durant leur introduction dans l'abri ;
- désherber la serre et ses abords ;
- raisonner la protection chimique (e-phy)*, en particulier si vous utilisez des auxiliaires (aucun auxiliaire n'est utilisable pour contrôler le développement d'Aculops lycopersici).
 
 

Lutte chimique : Le nombre de pesticides disponibles pour un usage donné évoluant en permanence, nous vous conseillons de toujours confirmer votre choix en consultant le site e-phy du ministère de l’agriculture et de la pêche qui est un catalogue en ligne des produits phytopharmaceutiques et de leurs usages, des matières fertilisantes et des supports de culture homologués en France. Cette remarque est également valable pour tous les produits biologiques à base de micro-organismes ou de substances naturelles.

Dernière modification : 19/01/2017
  • Auteur :
  • D Blancard (INRA)
acario_bronz_tomate_483
Figure 1
aca_bronzee_tomate_DB_524
Figure 2
Aculops1
Figure 3
Aculops2
Figure 4
Aculops3
Figure 5
Aculops4
Figure 6
aca_bronzee_tomate_DB_522
Figure 7
aca_bronzee_tomate_DB_521
Figure 8
aca_bronzee_tomate_DB_520
Figure 9
Aculops_Figure24_tomate_DB_823
Figure 10