• Quae

Feuilles jaunes, chlorosées ou blanches

Les différents types de symptômes
 

Le jaunissement des feuilles, nommé aussi chlorose, est un symptôme fréquemment observé sur tabac et peu spécifique d'une maladie donnée. Il peut en effet se présenter sous des aspects les plus divers :
- limité à une petite surface sous la forme d'une tache (figure 1), ou associé à une macule la ceinturant d'un halo jaune plus ou moins marqué (figure 2) ;
- affectant un seul côté d'une feuille, ce jaunissement unilatéral caractérise souvent les maladies vasculaires (figure 3). Pour un diagnostic plus précis, consulter la rubrique Altérations externes ou internes de la tige ;
- se développant à partir des nervures (figure 4) ou entre ces dernières (figure 5, chlorose inter-nervaire).

Figure 1 Figure 2 Figure 3 Figure 4 Figure 5


Ces phénomènes de chlorose peuvent débuter par les jeunes feuilles de l'apex ou par les vieilles feuilles de la base des plantes ; dans certains cas, ce sont les feuilles intermédiaires qui le manifesteront. Parfois, le jaunissement peut se généraliser à l'ensemble de la plante. Il peut prendre des intensités bien différentes, passant du vert clair au jaune vif, évoluant parfois jusqu'au blanchiment des feuilles. Dans certains cas, les feuilles par secteurs entiers peuvent être totalement blanches, les tissus étant dépourvus de pigments (chlorophylle, carotènes et lycopènes).

La chlorose foliaire est un symptôme marqueur d'une anomalie de fonctionnement des plantes, consécutive fréquemment :
- à une ou plusieurs agressions parasitaires survenant soit directement et localement sur la feuille (maladie aérienne par exemple), soit sur d'autres parties des plantes, en particulier sur les racines ou la tige ;
- à des maladies non parasitaires comme des carences ou des phytotoxicités.

 Il est souvent malaisé de déterminer la cause d'un jaunissement : soyez donc très prudent au cours de votre démarche de diagnostic.



Les différentes causes possibles


Des causes très diverses peuvent être responsables de chloroses foliaires sur feuilles de tabac,

  •  soit parasitaires telles que :

- des champignons et bactéries parasites des racines, du collet, de la tige et des vaisseaux du tabac (consulter les rubriques concernées, en particulier la fiche sur Les maladies vasculaires) ;
- plusieurs virus sont susceptibles d'induire des chloroses plus ou moins marquées, consultez la fiche Feuilles mosaïquées ;
- les phytoplasmes responsables du Stolbur.

  •  soit non parasitaire :

- la polyphillie ou "frenching"
- des Désordres nutritionnels (carences, intoxications),
- des Phytotoxicités diverses,
- des aberrations génétiques.

Figure 1 Figure 2 Figure 3


Un nombre limité de caractéristiques complémentaires permettent de différencier quelque peu les principales maladies responsables de chloroses et jaunissement sur feuilles de tabac :
- le Stolbur est fréquent dans certaines régions, les plantes affectées sont généralement peu nombreuses. Les plantes atteintes sont souvent réparties au hasard dans la parcelle et les premiers symptômes apparaissent sur les feuilles basses et intermédiaires (figure 1). Certaines années, lors de vols massifs des insectes vecteurs (des cicadelles), le nombre de plantes touchées peut être considérable et avoisiner les 100% ;
- la polyphyllie est une maladie rare, les plantes atteintes sont peu nombreuses à nombreuses et réparties en foyers. Les symptômes sont présents sur les feuilles hautes ;
- les désordres nutritionnels sont peu fréquents, et touchent souvent d'assez nombreuses plantes réparties sur toute la parcelle. En fonction de l'élément minéral déficient ou en excès, les symptômes sont visibles sur les feuilles hautes ou bien sur les feuilles basses ;
- les anomalies génétiques (albinisme) sont rares et touchent très peu de plantes, souvent une plante répartie au hasard dans la parcelle. Celle-ci, affectée au niveau de ses feuilles hautes ou basses (figures 2 et 3), devra être considérée comme une curiosité (consultez ce thème dans la fiche Feuilles mosaïquées).

Dernière modification : 28/03/2022
  • Auteur :
  • D Blancard (INRA)