• Logo_picleg
  • Quae

Pucerons

Plusieurs espèces de pucerons* (aphids) peuvent former des colonies sur les jeunes feuilles des salades (figures 1 à 5), ceci dès la pépinière  : Myzus persicae (Sulzer 1776) (figure 6), Nasonovia ribisnigri (Mosley)(puceron de la laitue), Aphis gossypii (Glover 1877)(sous serre notamment) (figure 7), Macrosiphum euphorbiae (Thomas 1878) (figure 8), Hyporomyzus lactucae (L.) ...
 
D'autres pucerons s'attaquent aux racines des salades : Pemphygus bursarius (L.) (puceron laineux des racines de laitue), Protrama flavescens (Koch, 1857) (gros puceron des racines de laitue). A ces 2 espèces, il convient d'en ajouter d'autres appartenant au genre Trama et vivant aussi sur les racines des salades.
 
Ces insectes polyphages appartiennent à l'ordre des Hémiptères, au sous-ordre des Sternorrhyncha et à la superfamille des Aphidoïdés. Ils se développent assez fréquemment sur les salades sous la forme de colonies (figure 1).
 
* : pour vous aider dans la reconnaissance des espèces de pucerons, consulter le site INRAE Encyclop'Aphid.
 
  • Nature des dégâts
Les piqûres nutritionnelles des pucerons n'ont qu'une très faible incidence directe sur les feuilles des salades. Les fortes pullulations  de ces insectes contribuent à souiller le produit final qui sera ainsi  difficilement vendable (figures 2 à 5). En plus des colonies de pucerons, on observe bien souvent des mues blanches (figures 4 et 5) et la présence de miellat à la surface des organes aériens des salades, sur lequel se développe la Fumagine (sooty mold).
 
Sur salades, ils sont surtout redoutables par leur capacité à transmettre plusieurs Viroses. En outre, la maîtrise chimique des populations de ces ravageurs est souvent problématique du fait de leur résistance possible à plusieurs insecticides.
 
  • Biologie
Ces insectes ont un cycle biologique assez compliqué, avec la possibilité pour les adultes de certaines espèces de changer d'hôte en hiver. On retrouve des oeufs, des fondatrices de populations, des adultes,parmi ceux-ci, des femelles vivipares ailées ou non, et des mâles ailés. La durée du cycle varie en fonction de l'espèce, de la nature de la plante hôte et de son état, et des conditions climatiques.

Formes de conservation et/ou hôtes alternatifs : ce sont souvent les oeufs, pondus notamment sur de nombreuses adventices à l'approche de l'hiver, qui permettent à ces insectes de passer l'hiver. Ils peuvent, bien sûr, se pérenniser sous les abris chauffés sur les cultures en place, sous la forme de femelles vivipares notamment.

Stades de développement : les oeufs pondus sur divers hôtes, herbacés ou ligneux, éclosent et donnent lieu à des fondatrices. Par la suite, durant une longue période, on trouve des femelles vivipares au sein des colonies.

Des jeunes larves se forment, qui se nourrissent immédiatement de la sève et muent 4 fois avant de donner naissance à l'adulte. Des mues blanches (exuvies) sur la végétation trahissent la présence de pucerons dans la culture. Les adultes sont ailés (1) ou non ; dans le dernier cas on parle d'individus « aptères » (2) (figures 9 à 11). Chaque individu peut donner naissance à 40-100 descendants en fonction de l'hôte et des conditions climatiques notamment.

Les larves et les adultes, souvent présents à la face inférieure du limbe, se nourrissent grâce à leur rostre. Le sucre en excès contenu dans la sève est rejeté sous la forme de miellat.

Dispersion dans la culture : quelques plantes dispersées dans la culture sur lesquelles des colonies de pucerons prennent rapidement de l'importance constituent les premiers foyers . D'abord aptères, les pucerons commencent par visiter les plantes voisines. Dès que les ailés apparaissent (lors de pullulations), ils se dispersent dans la culture ou dans des parcelles à proximité. Les plants et les ouvriers peuvent contribuer à leur dissémination.

Conditions favorables de développement : ces insectes apprécient les températures clémentes et les conditions estivales des abris.
 
  • Méthodes de protection
Plusieurs méthodes de protection sont préconisées pour contrôler le développement des pucerons sur salades en France :
- contrôler la qualité sanitaire des plants avant et durant leur introduction dans l'abri ;
- produire les plants dans un abri insect-proof ;
- installer des toiles insect-proof aux ouvertures des abris ;
- éviter les fumures azotées excessives ;
désherber les parcelles en plein champ, la serre et ses abords ;
- surveiller les cultures et détecter les premiers ravageurs grâce aux panneaux jaunes englués posés au-dessus de la culture dès l'introduction des plants ;
- mettre en culture des variétés résistantes au  puceron Nasonovia ribisnigri biotype Nr:0 ;
- utiliser des auxiliaires tels que les insectes Aphelinus abdominalis, Aphidius colemani, Aphidius ervi, Aphidoletes aphidimyza et Macrolophus caliginosus (ce dernier est à efficacité secondaire) et le champignon Verticillium lecanii (à noter que son efficacité peut varier d'une souche à l'autre) ;
- mettre en place en plein champ des pratiques qui permettent de maintenir une population active de prédateurs naturels des pucerons ravageurs de la salade : syrphes, chrysopes et larves de coccinelle. L’installation de haies et de bordures fleuries, ou un rang non récolté et non traité laissé en bordure de parcelle, permettent à la faune utile de s'y réfugier et s'y nourrir.
- raisonner la protection chimique (r) (e-phy-Laitue ; e-phy-Scarole-frisée)*, en particulier si vous utilisez des auxiliaires.

(r) : des résistances aux insecticides ou acaricides sont connues chez ces ravageurs.


Lutte chimique : Le nombre de pesticides disponibles pour un usage donné évoluant en permanence, nous vous conseillons de toujours confirmer votre choix en consultant le site e-phy du ministère de l’'agriculture et de la pêche qui est un catalogue en ligne des produits phytopharmaceutiques et de leurs usages, des matières fertilisantes et des supports de culture homologués en France. Cette remarque est également valable pour tous les produits biologiques à base de micro-organismes ou de substances naturelles.
Dernière modification : 29/04/2021
  • Auteur :
  • D Blancard (INRA)
Pucerons_koppert5
Figure 1
Pucerons294
Figure 2
Pucerons_salade_DB_641
Figure 3
Pucerons_salade_DB_640
Figure 4
Pucerons4
Figure 5
Pucerons_koppert1
Figure 6
Pucerons_koppert2
Figure 7
Pucerons_koppert3
Figure 8
Pucerons_koppert
Figure 9
Pucerons_salade_DB_638
Figure 10