Logo_piclegQuae

Papillons de nuit (noctuelles)

Les organes aériens de la tomate sont susceptibles d'être dévorés par le stade chenille de plusieurs Lépidoptères plus ou moins polyphages. Ces insectes appartiennent à diverses familles, en particulier aux Noctuidés. Parmi celles-ci, citons Autographa gamma (L.) (figure 1), Chrysodeixis chalcites (Esper), Helicoverpa armigera (Hübner), Lacanobia oleracea (L.) et Spodoptera exigua (Hübner). On retrouve ces noctuelles (loopers), et bien d'autres, dans de nombreuses zones de production du monde où ils occasionnent des dégâts parfois considérables dans les cultures de plein champ, comme sous abri.

 
  • Nature des dégâts

 

Ce sont les larves, en particulier les plus âgées, qui occasionnent les dégâts en consommant le limbe. Cela se traduit par la présence de nombreuses perforations plus ou moins régulières situées sur le limbe ou à sa périphérie (figures 2 à 4). Les folioles sont à terme plus ou moins criblées, trouées, découpées… Certaines de ces larves s'attaquent aussi aux Fruits ; ces derniers sont ainsi plus ou moins rongés plutôt à proximité du pédoncule, voire troués (figures 5 à 8). Des galeries et de nombreuses déjections sont visibles à l'intérieur. En plus d'induire une maturation précoce des fruits, ces perforations facilitent la pénétration de nombreux agents de pourriture (figures 7 et 8) (vous pouvez consulter le chapitre Taches sur fruits).

 
  • Biologie

 

Les Lépidoptères passent par 4 stades de développement : oeuf, larve ou chenille, nymphe ou chrysalide, et papillon (figure 9).

 - Formes de conservation et/ou hôtes alternatifs : la plupart de ces papillons hibernent par l'intermédiaire des chrysalides, voire des larves, bien que les autres stades de développement puissent contribuer à la conservation hivernale de ces insectes. Ils peuvent être hébergés par de nombreux hôtes cultivés ou non.

- Stades de développement : les oeufs (figure 9-1), transparents, blancs, marron noir, mauves, etc., de diamètre inférieur au millimètre, sont déposés isolément ou par groupes à la surfaces des feuilles ou de divers supports (figure 10). Par la suite, ils éclosent et donnent naissance à des chenilles (figure 9-2) mesurant de 25 à 50 mm en fonction de l'espèce, pourvues de puissantes mandibules qui leur permettent de consommer en permanence les végétaux, notamment les feuilles (figures 11 et 13 à 15).

Ces chenilles, de couleur variable (vertes, devenant parfois marron à rougeâtres en vieillissant), effectuent plusieurs mues, avant la nymphose ou la chrysalidation. Les chrysalides (figure 9-3), qui mesurent de 2 à 2,8 cm et sur lesquelles on distingue nettement les fourreaux des pattes et des ailes ainsi que la segmentation abdominale, sont de couleur rouge brun. Les adultes (figure 9-4) sont des papillons pourvus de 2 paires d'ailes et dont l'envergure varie de 25 à 45 mm pour les espèces qui nous intéressent. Les ailes antérieures et postérieures présentent une coloration variable en fonction des espèces (brun rougeâtre, marron, grise…), ainsi que des motifs plus ou moins caractéristiques (figures 1 et 12).

La durée de leur cycle varie en fonction de la température, d'une dizaine de jours à plusieurs semaines. Les chenilles sont mobiles et se déplacent aisément d'une foliole à l'autre comme les adultes qui le font plus aisément. Ajoutons que la diminution des pratiques de désinfection du sol semble contribuer à la recrudescence de ce ravageur, sur culture légumière entre autres.

 
  • Méthodes de protection

 

Plusieurs méthodes de protection sont préconisées pour contrôler le développement des noctuelles sur la tomate en France :
- installer des toiles insect-proof aux ouvertures des abris ;
- installer des pièges à phéromones à l'extérieur de l'abri ;
- utiliser des auxiliaires, il s'agit des micro-organismes suivants : Bacillus thuringiensis sous espèce azawai et Bacillus thuringiensis sous espèce kurstaki ;
- raisonner la protection chimique* (site e-phy), en particulier si vous utilisez des auxiliaires.

 

Lutte chimique : Le nombre de pesticides disponibles pour un usage donné évoluant en permanence, nous vous conseillons de toujours confirmer votre choix en consultant le site e-phy du ministère de l’agriculture et de la pêche qui est un catalogue en ligne des produits phytopharmaceutiques et de leurs usages, des matières fertilisantes et des supports de culture homologués en France. Cette remarque est également valable pour tous les produits biologiques à base de micro-organismes ou de substances naturelles.


Dernière modification : 08/06/13
Auteur : D. Blancard (INRA)
  • noctuelle_tomate_DB_298_83
    Figure 1
  • Noctuelles1
    Figure 2
  • noctuelle_tomate_DB_296
    Figure 3
  • Noctuelle_tomate_DB300
    Figure 4
  • noctuelle_tomate_DB_297
    Figure 5
  • Noctuelle_tomate_DB301
    Figure 6
  • noctuelle_tomate_DB_299_88
    Figure 7
  • Noctuelles5
    Figure 8
  • noctuelle_Figure17_tomate_DB_820
    Figure 9
  • noctuelle_tomate_Koppert_84
    Figure 10
  • noctuelle_tomate_Koppert_85
    Figure 11
  • noctuelle_tomate_Koppert_86
    Figure 12
  • noctuelle_tomate_Koppert_89
    Figure 13
  • noctuelle_tomate_Koppert_90
    Figure 14
  • noctuelle_tomate_Koppert_91
    Figure 15




Fermer
Fermer
indicator

Haut de Page