• Logo_picleg
  • Quae
Intumescences sur feuilles


Des taches chlorotiques plus ou moins réparties à proximité des nervures apparaissent sur les feuilles les plus basses (figure 1). En fait, ces taches se forment lorsque l'équilibre hydrique entre l'absorption racinaire et l'évapotranspiration des plantes est perturbé, ces dernières absorbant plus d'eau qu'elles ne peuvent en éliminer dans les conditions de l'abri. Il s'ensuit alors une saturation en eau des tissus foliaires à l'origine des intumescences. Celles-ci correspondent à des îlots de cellules, localisés à la face inférieure du limbe, qui se sont « gorgées » d'eau, entraînant parfois une rupture de l'épiderme. Ainsi des oedèmes à l'apparence humide à huileuse se forment (figures 2 et 3). Par la suite, les cellules finissent par éclater et les tissus subérisant prennent une teinte brunâtre (figures 4 et 5). Lors de conditions particulièrement humides, la présence de très nombreuses intumescences entraîne la déformation et l'enroulement de nombreuses folioles (voir le thème Intumescences).

Les intumescences sont occasionnées par une affection physiologique de la tomate qui survient essentiellement dans les cultures sous abris à des périodes particulièrement humides (en fin d'hiver, début de printemps ou d'automne) et/ou à la suite de brusques changements du climat nocturne (hygrométrie élevée, températures basses). Elle affecte souvent de nombreuses plantes réparties sur l'ensemble de la culture où localisées aux endroits froids les plus humides des abris. De faibles intensités lumineuses, une mauvaise circulation de l'air et de fortes densités de plantes sont de nature à favoriser l'expression des intumescences (oedema).

Bien que parfois très spectaculaire, cette maladie non parasitaire est normalement sans conséquence pour les cultures de tomate, à condition cependant que le climat des abris soit rapidement corrigé. Parmi les mesures permettant d'éviter les intumescences, nous pouvons vous conseiller :
- d'utiliser un sol ou un substrat drainant bien ;
- d'éviter des densités de plantation trop importantes ;
- de réduire le taux d'humidité des abris en chauffant et ventilant tôt le matin et dans la matinée ;
- de bien maîtriser l'irrigation, surtout durant les périodes nuageuses et humides. Elle sera arrêtée en fin d'après-midi, avant la tombée de la nuit, afin d'empêcher que le sol ou le substrat ne reste trop humide.
 
Dernière modification : 07/01/2013
  • Auteur :
  • D Blancard (INRA)
intumescences_tomate_DB_506_358
Figure 1
intumescences_tomate_DB_507_359
Figure 2
intumes_tomate_DB_079
Figure 3
intumes_tomate_DB_081
Figure 4