• Logo_picleg
  • Quae

Thanatephorus cucumeris (A.B. Frank) Donk (1956)

Rhizoctone brun

 

- classification : Fungi, Basidiomycota, Agaricomycetes, Incertae sedis, Cantharellales, Ceratobasidiaceae
- synonymie : Rhizoctonia solani J.G. Kühn (1858)
- dénominations anglaises : damping-off, fruit rot


Thanatephorus cucumeris (Rhizoctonia solani) est mondialement répandu et largement signalé dans toutes les zones de production de la tomate. Comme nous l'avons suggéré précédemment, il est capable d'infecter plusieurs centaines d'hôtes différents. Sur tomate, ce champignon du sol est surtout connu pour provoquer des fontes de semis en pépinière, des lésions racinaires et des chancres au collet, des altérations sur la tige et sur les fruits. Les symptômes qu'il occasionne peuvent être observés dans tous les types de production, des cultures les plus extensives aux plus intensives, aussi bien en plein champ que sous abri et plutôt en sol qu'en hors-sol.

En France, il provoque des fontes de semis, surtout dans les pépinières extensives. Il est fréquemment observé sur les racines de tomate, seul ou en association avec d'autres bioagresseurs racinaires comme Pyrenochaeta lycopersici, Colletotrichum coccodes et des nématodes à galles appartenant au genre Meloidogyne. Des lésions au collet et sur les fruits des tomates destinées à l'industrie lui sont aussi attribuées. Il est considéré comme un marqueur biologique des sols maraîchers « fatigués » ayant porté à plusieurs reprises de la tomate et/ou d'autres cultures légumières sensibles. Depuis quelques années il fait partie du complexe de bioagresseurs telluriques s'attaquant aux racines des porte-greffes cultivés sous abris, en particulier avec C. coccodes, Phytophthora nicotianae, plusieurs espèces de Meloidogyne et Globodera tabacum.

De nombreux travaux ont été menés sur ce champignon ubiquiste et polyphage afin de caractériser la diversité de ses souches. En effet, celles-ci diffèrent entre autres par leurs caractéristiques culturales, leur pouvoir pathogène et notamment leur spécificité d'hôte. Parmi les critères de différenciation étudiés, leurs affinités d'anastomoses ont permis d'établir plus d'une dizaine de groupes (AG), et parfois même des sous-groupes. Les connaissances à notre disposition sur les souches sévissant sur tomate sont encore limitées.

Malgré cela, quelques souches appartenant à des groupes d'anastomose différents ont été caractérisées sur cette solanacée. C'est le cas des souches appartenant aux groupes AG-2-1, AG-3, AG-4, AG-4 sous-groupe HG-1, AG-5… Le groupe AG-2, divisé en plusieurs sous-groupes, comprend des souches relativement spécialisées sur brassicacées (AG-2-1) ou sur maïs et sur betterave sucrière (AG-2-2). Les souches appartenant à AG-4, lui aussi subdivisé, avec Thanatephorus praticola comme téléomorphe, sont plutôt polyphages lorsque que les températures sont élevées. Rappelons que les souches du groupe AG-3 sont souvent spécialisées sur solanacées.
 
Dernière modification : 13/07/2018
  • Auteur :
  • D Blancard (INRA)