• DGAL

Ips typographus

Le typographe

 

      Fréquence
      Agressivité
      Impact

 

 

 


Position systématique : Insecte - Coléoptère - Curculionidé - Scolytiné
Hôtes habituels : Epicéas

Hôtes possibles : Pins sylvestres, pins à crochets, sapins, mélèzes
Localisation sur l'hôte : Troncs

 

  • Biologie

 

   Jan   Fev  Mar Avr  Mai Juin  Juil Aoû Sep Oct Nov    Dec
Adultes                                                
Ponte                                                
Larves                                                
Adultes                                                

 

 

 

 

 

 

 

L'essaimage de printemps est directement lié à la température et a lieu quand il fait plus de 20° C, au cours de trois journées consécutives, sans pluie et sans gelée la nuit.

 

Le mâle initie le système de ponte. Une à deux femelles le rejoignent. Après fécondation, celles-ci creusent des galeries de ponte parallèles aux fibres du bois. Elles déposent les oeufs dans des encoches de ponte de part et d'autre de la galerie. Dès l'éclosion, la larve creuse à partir de l'encoche de ponte une galerie sinueuse qui s'élargit progressivement jusqu'à son extrémité qui forme le berceau de nymphose. Les jeunes adultes acquièrent leur maturité sexuelle après un séjour complémentaire sous l'écorce.

 

Le développement est très dépendant de la température. De l'oeuf au jeune adulte, il faut environ une somme de température de 350° C jours au dessus du seuil de 7° C auxquels il faut ajouter 250° C jours (toujours au dessus du seuil de 7° C) pour la phase de maturation, soit en tout 600° C jours de l'oeuf à l'adulte en capacité de se reproduire. De ce fait classiquement, on observe deux générations complètes dans l'année d'avril à octobre, trois les années exceptionnellement chaudes et une seule en haute altitude.


L'hibernation se fait soit sous forme d'adultes parfaits dans la litière, soit sous forme de larves, nymphes ou adultes immatures (jaune paille) dans les galeries sous-corticales. Dans ce dernier cas, la mortalité hivernale peut être importante.

 

  • Symptômes et éléments de diagnostic

 

- Adulte : petit coléoptère brun foncé de 4 à 6 mm, les élytres présentent une déclivité ornée de 8 dents (4 de chaque côté)

- Galeries sous-corticales caractéristiques : couloir de ponte longitudinal double (longueur 20 cm, largeur 3 mm)

- Attaque en cours qui débute (les scolytes commencent à forer) : trous de pénétration, sciure rousse sur l'écorce ; en écorçant on détecte les insectes en cours de forage et les galeries

- Attaque en cours qui se termine (les scolytes sont en fin de développement, prêts à s'envoler ou déjà partis) : décollements d'écorce par plaque (souvent sous l'effet des attaques de pic), jaunissement puis roussissement progressif du houppier.

- Attaque ancienne (les scolytes sont partis) : houppier rouge voire gris, tronc sans écorce.

 

  • Dégâts

 

Le développement larvaire sous-cortical et la présence de champignons véhiculés par l'insecte au cours du travail de forage entraînent la destruction des tissus conducteurs de sève conduisant à la mort rapide du sujet atteint.


Le typographe est un parasite de faiblesse attaquant de préférence des arbres fraîchement abattus, affaiblis ou mutilés. Cependant, dans des circonstances particulières (chablis, stockage de grumes en forêt...), la population atteint un niveau épidémique et peut, dans ce cas, réussir à coloniser des arbres peu affaiblis ou sains (population à comportement primaire).

 

  • Confusions possibles

 

Sur pins, avec le sténographe (Ips sexdentatus).

 

 

Voir aussi:

Plaquettes Typographe et Lutte contre le typographe.

 

Dernière modification : 08/05/19
  • Auteur :
  • L Nageleisen (DSF/DGAL)
IPSTYPO
Figure 1
Arbres attaqués par le typographe
Figure 2
Arbres attaqués par le typographe 2
Figure 3
IPSTYPO
Figure 4
IPSTYPO
Figure 5
IPSTYPO
Figure 6
Galeries du typographe
Figure 7
Typographe adulte
Figure 8
IPSTYPO
Figure 9
Larve de typographe
Figure 10