• Logo-Cirad
  • Logo-anses
  • chambre agriculture réunion
  • fdgedon Réunion

Xanthomonas citri pv. mangiferaeindicae 

Bactériose du manguier

Cultures sensibles : Mangues, Anacardier

Généralité

Cette maladie bactérienne, très présente sur manguier, est causée par Xanthomonas citri pv. mangiferaeindicae. Cette maladie peut avoir de graves répercussions sur la production de mangues si les précautions de base ne sont pas suivies par l'agriculteur ou le pépiniériste. La bactériose se développe à la faveur de la chaleur et de l'humidité. La bactérie est propagée par l’eau (pluies accompagnées de vent, irrigation par aspersion). Elle contamine les jeunes organes : les feuilles et les tiges  en cours de croissance ; les fruits proches de la maturité.

Les variétés les plus tolérantes à la bactériose sont : Heidi, Nam Doc Maï, Cogshall, Sensation.

Zones de production affectées :

 

Réunion Martinique
Comores  

Organes affectés : 

Feuilles Fruits Tige

  

Symptômes 

Symptômes :

  • Sur les feuilles et les tiges :  de petites taches nécrotiques noires, anguleuses, légèrement en relief, souvent limitées par les nervures et entourées d'un halo jaune à la face supérieure.
  • Les feuilles tombent lorsqu'elles sont trop attaquées. 
  • Sur les fruits : provoque la nécrose des lenticelles et des stomates. Ces nécroses évoluent en taches noires d'où suinte une gomme chargée de bactéries. Les fruits ne sont alors plus commercialisables.

Signes :

Confusions possibles :  

Confusion avec des maladies fongiques comme l'anthracnose ou la cercosporiose possible pour un oeil non exercé.

 

Biologie

Cycle de développement :

Les infections se produisent par les stomates, les blessures des fruits et des feuilles sont des sites d'entrée efficaces pour la bactérie. 

Le pathogène peut vivre seulement quelques jours dans le sol et quelques mois dans les débris des plantes tombés au sol. 

Les jeunes arbres sont plus sensibles, mais les jeunes feuilles sont plus sensibles aux infections par stomates. La sensibilité des fruits augmente avec l'âge et le diamètre. Les organes sont sensibles quel que soit leur stade phénologique en cas d’infections par blessures.

Facteurs de propagation de la maladie :

Elle est favorisée par les épisodes pluvieux, en particulier à la suite de tempêtes ou cyclones. La pluie est essentielle pour la dispersion de l'inoculum et les vents simultanés favorisent le développement de la maladie en provoquant des micro blessures sur les plantes hôtes.

La propagation peut également se faire via le matériel utilisé dans les vergers ou les vêtements si des opérations d’entretien sont réalisées lorsque la frondaison des arbres est mouillée.



Protection 

Méthodes préventives :

  • Privilégier la plantation de variétés peu sensibles en zone infectée.
  • Éviter de planter des faux-poivriers à proximité, car ce sont des plantes hôtes.
  • Protéger le verger du vent à l'aide de haies brise-vent.
  • Prohiber l’irrigation par aspersion ou micro-aspersion et privilégier le goutte-à-goutte.
  • Gérer la taille de manière à diminuer l’inoculum et à aérer la frondaison.
  • Eviter de travailler dans les vergers lorsque le feuillage est mouillé.
  • Désinfecter les outils de taille avec un produit adapté et autorisé lorsqu'on passe d'un arbre à l'autre, en commençant toujours les opérations de taille par les arbres supposés sains.
  • Réaliser des traitements réguliers à base de sels de cuivre pendant la présence d’organes sensibles (jeunes pousses, fruits pendant environ 6 semaines avant récolte). Ces traitements devront être espacés d'une dizaine de jours en cas de période humide et d'une vingtaine de jours en cas de période sèche.
  • Planter des plants issus de pépinières certifiées indemnes de maladie.

Méthodes curatives :

  • Tout organe infecté par la maladie doit être éliminé et détruit (enfouissement ou incinération).
  • En cas de forte attaque, se référer à e-phy pour les usages.

 

 

 

Source :

Vincenot D., Deguine J.P., Gloanec C., Dijoux A., Graindorge R., 2015. Initiation à la protection agroécologique du manguier à La Réunion. Retour d’expérience - Projet BIOPHYTO 2012-2014. Chambre d’agriculture de La Réunion, Saint-Denis, 56 p.

 

Dernière modification : 18/08/2022
  • Auteurs :
  • D Vincenot (Chambre d'agriculture)
  • M Negri (CIRAD)
Dégâts_Xanthomonas_feuille1
Figure 1
Dégâts_Xanthomonas_feuille2
Figure 2
Dégâts_Xanthomonas_fruit2
Figure 3
Dégâts_Xanthomonas_fruit1
Figure 4