• Logo-Cirad
  • Logo-anses
  • chambre agriculture réunion
  • fdgedon Réunion

Mouches des fruits 

food, fresh, fruit, healthy, meal, orange, tropical icon 

Description 

Les mouches des fruits appartiennent à la famille des Tephritidae, qui se caractérise par une ornementation alaire constituée de taches jaunes, brunes ou noires et la présence chez les femelles d'un oviscapte pointu leur permettant d'insérer leurs oeufs dans les tissus végétaux.

Elles provoquent des pertes de récolte considérables sur les cultures fruitières à travers le monde. Le développement des transports aériens et maritimes a fortement participé à leur propagation.

Les variétés de mangues les plus piquées sont celles récoltées plus tardivement. 

Les variétés d'agrumes les plus piquées sont les variétés à épiderme fin et tendre : clémentines, mandarines, oranges. Par contre, les variétés à épiderme dur et riche en huile essentielle comme les citrons, les limes, les pamplemousses ne sont pas attaquées.

Organes affectés : 

Fruits

  

Symptômes 

Dégâts  :

  • Fruit : blessure sur l'épiderme (voir figures 3 et 4). Les traces des premières piqûres ne sont pas facilement détectables et ne deviennent visibles qu'après quelques jours, des taches d'altération de l'épiderme se forment autour de la piqûre.
  • Les larves, qui consomment la chair, affaissent les tissus. Puis provoquent un pourrissement et ouvrent une voie d'entrée à des maladies secondaires.
  • Fruits : chutent prématurément et ne sont donc plus commercialisables.

Signes :

  • Fruit : coulures de sève visibles.
  • On peut observer les femelles sur les fruits en train de pondre sous la peau.

 

Biologie

Cycle de développement :

Les mouches des fruits piquent les fruits à l'aide de leur ovipositeur pour y déposer leurs oeufs (plusieurs dizaines) à faible profondeur. Dès leur éclosion, les asticots se nourrissent de la pulpe pendant plusieurs jours avant de quitter le fruit pour s'enfouir dans le sol et se transformer en pupe. De cette pupe sortira une mouche adulte. Le cycle complet de l'oeuf à l'adulte dure de 20 à 30 jours selon l'espèce et les conditions climatiques.

Facteurs de propagation :

Les transports aériens et maritimes de fruits et légumes ont propagé les mouches des fruits à travers le monde.

 

Protection agroécologique

Méthodes préventives :

  • Développement d'une couverture végétale permanente au sol (plantes à fleurs...), qui permet de limiter le cycle de développement des mouches et augmente la prédation des fourmis ou araignées.
  • Eviter les traitements de pesticides qui sont défavorables à la faune utile.

Le contrôle biologique est assuré dans la plupart des cas grâce à de nombreux auxiliaires :

  • des prédateurs : des fourmis (Solenopsis geminata ...), des araignées (Oxyopes dumontii ...), le caméléon 
  • des parasitoïdes : des microguêpes du genre Fopius (Fopius arisanus ...)

Méthodes curatives :

  • Collecter et détruire les fruits piqués et qui sont tombés au sol. Chaque fruit peut générer des centaines de mouches d’une nouvelle génération.
  • La technique la plus efficace est de placer les fruits piqués dans un « augmentorium » placé dans le verger (figure 10). L’augmentorium est doté d'une fenêtre obturée avec une toile dont la maille (~2mm) empêche la sortie des mouches qui éclosent mais permet la sortie des insectes parasitoïdes, qui régulent les populations de mouches dans le verger voisin. A défaut d’augmentorium, on peut utiliser un fût, ou une poubelle, pourvue d’un filet fixé sur le couvercle.
  • Lorsque la réglementation le permet (ephy) utiliser un attractif alimentaire. Le produit est épandu par tâche une à 2 fois par semaine pendant la période de floraison et de fructification, les mouches se concentrent sur le produit et s'empoisonnent en consommant l'insecticide.
 
 
Source :
Franck Antoine, Deguine Jean-Philippe, Vincenot Didier. 2017. Guide de reconnaissance des mouches des fruits et des légumes à la Réunion. Application de la protection agroécologique. Saint-Denis : CIRAD-Chambre d'Agriculture de la Réunion, 30 p. ISBN 978-2-87614-725-6
Dernière modification : 09/08/2022
  • Auteurs :
  • D Vincenot (Chambre d'agriculture)
  • M Negri (CIRAD)
Degats_mouche_des_fruits
Figure 1
Dégâts_mouches_fruits_Paterne_D
Figure 2
mouche des fruits mangue
Figure 3
Mouches_fruits_oeufs_paterne
Figure 4
Dégâts_mouches_fruits
Figure 5
Larves_mouches_des_fruits
Figure 6
Larves_mouches_des_fruits
Figure 7
Ceratitis rosa 2
Figure 8
Mouches des fruits 7
Figure 9
pieges_mouches_des_fruits
Figure 10
cycle_mouche
Figure 11