Biologie, épidémiologie



Rhizopus stolonifer possède des caractéristiques biologiques comparables à ceux des autres champignons rencontrés sur baies de raisin. Il vit souvent à l'état saprophyte sur la vigne et dans son environnement, devenant des pathogène opportuniste lorsque l'état physiologique des baies est modifié (présence de blessures, maturité avancée...…).
 
  • Conservation et sources d'inoculum

Cette mucorale, saprophyte par excellence et très ubiquiste,  est présente sur de nombreux débris végétaux sur et dans le sol, et sur divers fruits sénescents. Elle provoque des dégâts sur de nombreuses plantes : plusieurs Cucurbitacées, aubergine, tomate,  fève, patate douce, divers arbres fruitiers (abricot, pêche, prune, etc.),  maïs, etc.

 

  • Pénétration dans la plante et invasion de l'hôte
Ce champignon pénètre les baies essentiellement à maturité, notamment par  :
- contact de baie pourrie à baie saine ;
- l'intermédiaire des stomates, des lenticelles et de microfissures, de diverses blessures telles que des dégâts liés à des insectes ou des champignons pathogènes, des micro-éclatements physiologiques, des coups de bec d'oiseau ou des brûlures solaires.
Par la suite, son mycélium se développe de façon très extensive, poussant dans toutes les directions à l'intérieur de la chair qui se décompose progressivement grâce à l'action de diverses enzymes (pectinases, amylases).
 
  • Sporulation et dissémination du champignon
R. stolonifer, dont l'évolution dans les baies est très rapide, ne tarde pas à sporuler sous la forme de nombreux sporangiophores hébergeant d'innombrables spores noires dans des vésicules sporifères (figure 1). Celles-ci sont disséminées par le vent sur de longues distances et par les éclaboussures d'eau et certains insectes. Signalons, comme pour Botrytis cinerea, que la transmission de baies pourries à baies saines est très fréquente sur grappes.
 
  • Facteurs influençant le développement des champignon
Il se développe rapidement et sporule abondamment en présence d'humidité et lorsque les températures sont clémentes. Son optimum thermique de développement se situe entre 23 et 28°C.
Dernière modification : 08/25/17
  • Auteur :
  • D Blancard (INRA)
rhizopus_6
Figure 1