• Logo_picleg
  • Quae

Tomato brown rugose fruit virus (ToBRFV)

Virus des fruits bruns et rugueux de la tomate

 

Alerte : redoutable tobamovirus émergent, signalé en février 2020 pour la première fois en France, dans le Finistère.

 

  • Pays où le virus a été signalé à partir de 2014 : Bassin méditerranéen (Israël, Jordanie, Turquie, Palestine) ; Amérique (Mexique, Etats Unis) ; Europe (Allemagne, Italie en Sicile et dans le Piémont, Royaume-Uni, Pays-Bas, Grèce, Espagne et maintenant localement en France), Asie (Chine).
  • Plantes hôtes : tomate, piment et poivron, aubergine à confirmer.
  • Symptômes sur tomate :
    • Folioles et feuilles : jaunissement nervaire, chlorose, marbrure, mosaïque ; déformations foliaires diverses (figures 1 et 2) ,
    • Calices et pédoncules floraux : lésions nécrotiques,
    • Fruits : maturation irrégulière, des taches jaunes ou brunes, la rugosité superficielle qui donne son nom au virus est rarement observée; déformations et maturation irrégulière,
    • Symptômes de décoloration (figures 3 et 4) comparables à ceux provoqués par le TMV, ToMVTSWV et PepMV. L'intensité des symptômes peut varier en fonction des variétés de tomate.
  • Symptômes sur piment
    • Folioles et feuilles : mosaiques et boursouflures foliaires,
    • Pédoncule : nécrose,
    • Fruit : maturation irrégulière, taches et rayures jaunes ou brunes parfois rugueuses, nécroses.
  • Sources d’introduction potentielles : semences, plants, fruits, outils et matériels, supports de culture recyclés, ruches et pollinisateurs pollués, personnes (employés et visiteurs), etc.
  • Transmission : rapidement et facilement via les semences et par contacts directs (entre plantes, mains et outils des travailleurs, vêtements, insectes pollinisateurs, oiseaux, eau d’irrigation) ; au cours des opérations de taille, de greffage...
  • Conservation : virus très stable se conservant plusieurs mois à plusieurs années sur divers supports.
  • Informations complémentaires : les résistances aux TMV et ToMV, autres tobamovirus de la tomate, sont sans effet sur le ToBRFV.

 

Mesures à prendre préventivement et en cas d'émergence 

Aucune méthode de lutte curative permet de contrôler efficacement le ToBRFV. Une plante infectée le restera toute sa vie.

  • Contrôler la qualité sanitaire des semences, des plants, et des fruits. Depuis 2019, une décision d'éxécution européene (2019/1615) établit des mesures d’urgence destinées à éviter l’introduction et la propagation du ToBRFV pour les semences et les plants. Se renseigner sur l’origine des lots et éviter les provenances de zones déjà contaminées par le virus.
  • Respecter les procédures GSPP (Good Seed and Plant Practices) qui assure en grande partie une réduction du risque des virus et des bactéries transmises par simple contact (www.gspp.eu).
  • Utiliser des semences testées exemptes de ToBRFV par une méthode reconnue officiellement.
  • Inspecter régulièrement les cultures.
  • Faire prendre conscience au personnel que la taille et toutes manipulations des plantes est un facteur prépondérant de la transmission du ToBRFV.
  • Sensibiliser le personnel à la reconnaissance des symptômes, et à la nécessité de porter des équipements de protection à usage unique et (combinaison, gants, charlotte, sur-chaussures, etc.) et dédié à une zone restreinte (compartiment, serre, tunnel, parcelle). Mettre à disposition ces équipements.
  • Installer des pédiluves fonctionnels aux entrées de chaque serre et cellule qui servent soit de pépinières, soit à la production. Les remplir suffisamment en solution désinfectante durant toute la durée de la culture.
  • Entrer dans les cultures avec des vêtements propres.
  • Limiter les visites de culture au maximum. Si des visites ont lieu, ne pas entrer dans les cultures, rester dans les allées.
  • Dissuader les ouvriers d'apporter et de consommer pour leur repas des tomates extérieures à l'exploitation, celles-ci pouvant introduire le virus. 
  • Se laver soigneusement les mains avec une brosse en utilisant du savon ou un désinfectant, ceci avant et après avoir manipulé des plantes.
  • Nettoyer les bottes ou les chaussures avant d’entrer et en quittant les serres.
  • Désinfecter fréquemment les outils de taille avec un désinfectant approprié (eau de javel, acide benzoïque par exemple). A noter que l'utilisation d'alcool n'est pas efficace pour éliminer ce virus.
  • Nettoyer et désinfecter les serres entre 2 saisons de culture.

Dans les serre infectées

  • Faire confirmer la présence du virus par un laboratoire spécialisé et appliquer des mesures prophylactiques drastiques.
  • Baliser et mettre en quarantaine la zone concernée et ne plus y travailler si possible, sinon n’y travailler qu’avec des vêtements et des outils dédiés, et en dernier.
  • En cas d’attaque détectée en pépinière, de nombreux plants doivent robablement être infectés sans forcément exprimer de symptômes visibles. Ne pas prendre le risque de les commercialiser et ainsi disséminer le virus. Détruire les lots de semences contaminées.
  • Détruire les plantes présentes dans la zone infectée (serre, compartiment, tunnel ou parcelle) : arracher soigneusement les plantes malades et les détruire en les incinérant au plus vite. Pour cela, les mettre dans une poche plastique afin qu'elles ne touchent pas d'autres plantes lors de leur sortie de la culture.
  • Ne pas laisser traîner les débris de taille et d'effeuillage dans les allées et à l’extérieur des serres. Les couloirs cimentés doivent également être désinfectés avec un virucide homologué.
  • Désinfecter l'ensemble de la serre avec un produit virucide : nettoyer les surfaces des abris vides à l'eau sous pression avec le produit virucide. Désinfecter le circuit d'irrigation puis le rincer à l'eau propre. Débarrasser les goutteurs de toute matière organique et les désinfecter.
  • Ne pas consommer des tomates provenant des zones infectées pour limiter la dissémination du virus.
  • Ne pas pénétrer ou quitter les zones infectées sans s'être lavé les mains méticuleusement et longuement. Le FERA (UK) préconise un lavage des mains pendant au moins 1 minute avec de l'eau savonneuse, suivi ou non d'un lavage avec un gel hydroalcoolique. Le port de gants jetables est souvent préférable, de plus, ils peuvent être plus facilement désinfectés.
  • Fermer les serres à clé et empêcher leur accès à toutes personnes étrangères à l'exploitation. Les éventuels visiteurs devront porter des vêtements spéciaux, des sur-chaussures, charlottes et des gants en latex.
  • Interdire les animaux domestiques dans les serres.
  • Empecher le transfert de ruches de bourdons de la zone infectée vers d'autres zones.
  • Limiter le port d'accessoires vestimentaires : les bijoux, montre, téléphone portable peuvent être pollués par le TBRFV
  • Ne pas prêter le matériel ou les outils à des producteurs d'autres exploitations maraîchères. Les outils seront désinfectés avec un virucide.

Quelques liens utiles :

https://www.eppo.int/ACTIVITIES/plant_quarantine/alert_list_viruses/tomato_brown_rugose_fruit_virus

https://www.euroseeds.eu/app/uploads/2019/08/19.0474.1-Factsheet_ToBRFV.pdf

https://blogs.cdfa.ca.gov/Section3162/?p=5843

http://www.cesaveson.com/files/docs/eventos/Seminario%20Tomato/AntecedentesTomato.pdf

https://doi.org/10.1371/journal.pone.0170429

 

Dernière modification : 27/02/2020
  • Auteurs :
  • D Blancard (INRA)
  • E Verdin (INRAe)
Tomate_ToBRFV_1
Figure 1
ToBRFV4
Figure 2
Tomate_ToBRFV_2
Figure 3
ToBRFV3
Figure 4
Tomate_ToBRFV_3
Figure 5
ToBRFV1
Figure 6
Tomate_ToBRFV_4
Figure 7
ToBRFV2
Figure 8