• Ecophyto
  • Logo-Cirad
  • RITA
  • Logo-CA
  • FREDON
  • LPA-COCONI

Groundnuts Ring Spot Virus (GRSV)

Virus des taches en anneaux de l'arachide

 

 

Généralités

 

  • Tospovirus transmis par des thrips selon le mode persistant circulant.
  • Détecté pour la première fois en Afrique du Sud, mais surtout signalé sur le continent Américain (Argentine, Brésil, EU). 
  • Plus ses attaques sont précoces, plus son incidence sera élevée sur les cultures.
  • S'agissant d'un virus emergent, la diversité de plantes hôtes pour ce bio-agresseur est encore mal connue. Surtout rencontré sur les Solanacées, ce pathogène a également été référencé sur les cultures suivantes : salades, arachides, coriandre et soja.
  • Observé surtout en plein champ, parfois sous abris.

 

  • Famille(s) botanique(s) sensible(s) 
Solanacées Composées       

 

  • Zones de production affectées :
Mayotte Réunion Guyane Guadeloupe Martinique Nouvelle-Calédonie Polynésie-Française

 Détecté en 2017 sur Mayotte

 

  • Organes attaqués
Feuilles Fleurs Fruits Tige Vaisseaux Collet Racines

  

 


Symptômes

 

  • Symptômes :
    • Petites taches foliaires chlorotiques à nécrotiques, présence d'anneaux bruns (figures 1 et 2-salade). Les taches nécrotiques confluent et entraînent la nécrose et le dessèchement de secteur du limbe (figure 3 salade) ou de feuilles entières.
    • Croissance des plantes fortement affectée (figures 4 et 6salade), celles-ci peuvent flétrir et se nécroser partiellement ou entièrement (figures 5 et 6-salade).
  • Confusions possibles : Les symptômes du GRSV sont semblables à ceux du TSWV. La confusion est fréquente et seule une analyse de laboratoire pourra faire la distinction.
  • Signes : aucun signe visible, confirmer l'éventuelle présence de thrips. 

 


Biologie

 

  • Conservation : contrairement au TSWV, le GRSV persiste sur un nombre très limité de mauvaises herbes, espèces légumières, aromatiques ou industrielles cultivées  (tomate, aubergine, poivron, tabac, laitue, coriandre), une seule espèce ornementale ( impatiens), et sur certaines cultures vivrières ou industrielle des zones chaudes (arachide, soja). Ce virus encore peu connu doit faire l'objet d'une recherche plus approfondie afin de determiner la diversité des espèces végétales capables de l'héberger.

  • Transmission : par plusieurs espèces de thrips selon le mode persistant. Actuellement, 3 espèces de thrips ont été reconnues comme vectrices : Frankliniella occidentalis (Pergande), Frankliniella schultzei (Trybom) et Franklinella intosa (Trybom). Dans le cas de Mayotte, il est fortement suspecté que la transmission s'opère via Caliothrips helinii (Hood). Cela reste toutefois à déterminer officiellement. Seules les larves sont susceptibles d'acquérir le virus. Transmissible aussi par les semences et les organes de reproduction végétative chez plusieurs plantes.

 


Protection

 

  • Utiliser des variétés plus ou moins résistantes (tomate, poivron).
  • Protéger les pépinières et les jeunes plants au champ par des voiles non tissés (type Agryl P17) ou des tissus mailles (type Filbio), etc..
  • S'assurer de la parfaite qualité sanitaire des plants.
  • Désherber soigneusement les abords de la pépinière, et ceux des parcelles afin d'éliminer des sources de virus et/ou de vecteurs.
  • Placer des panneaux bleus englués dans les abris afin de surveiller la pression d'infestation potentielle en thrips.
  • Eviter de mettre en place une nouvelle culture à proximité de cultures anciennes risquant d'être déjà contaminées, ou de cultures sensibles.
  • Maîtriser les populations de thrips (lutte biologique, protection insecticide). Les traitements insecticides peuvent s'avérer indispensables pour contrôler les populations de thrips  (e-phy) , ils limitent faiblement l'incidence du GRSV.
  • Effectuer un paillage avec un matériau réfléchissant les rayonnements UV limite les attaques de thrips sur la culture .  
  • Eliminer rapidement les premières plantes infectées en pépinière ou dans la culture.
  • Eliminer rapidement les plantes en fin de culture.
  • Réaliser un vide sanitaire de 3 à 4 semaines entre les cultures. 

 

Dernière modification : 11/06/17
  • Auteur :
  • B Bouvard (LPA Mayotte)
TSWV-Salade5
Figure 1
TSWV-Salade2
Figure 2
TSWV-Salade6
Figure 3
TSWV-Salade3
Figure 4
TSWV-Salade4
Figure 5
TSWV-Salade1
Figure 6