• INRA
  • GIS-Fruits
  • BIP

Cochenille du Cornouiller

(Parthenolecanium corni)

 

Généralités

La cochenille du cornouiller (Parthenolecanium corni) est une cochenille très polyphage. Elle peut aussi bien affecter le prunier que le cerisier, l'abricotier, le noisetier, le noyer et le pêcher.

 

Une forte attaque entraîne un affaiblissement général des végétaux touchés, des problèmes de floraison, et affecte le poids et le volume des fruits. La cochenille du cornouiller peut donc être fortement préjudiciable à la pérennité du verger.

 

  • Organes attaqués
Racines Tronc Branches Bourgeons Fleurs Fruits Feuilles

 

  • Incidence du ravageur 
Bassin Grand Sud Ouest Bassin Alsace-Lorraine
Prune d'Ente Prune domestique Prune américano-japonaise Mirabelle Quetsche
fréquent        

 

  •  Symptômes

Un affaiblissement général de l'arbre est observé. Une production importante de gourmands sur certaines branches / charpentières est également un signe. Quand l'attaque est plus avancée, une mortalité de branches peut également apparaître.

 

L'attaque de cochenilles peut également poser des problèmes de floraison, affecter le poids et la taille des fruits. De la fumagine (champignon noir) peut être observée sur une partie du feuillage ou des fruits. (Attention, la présence de pucerons farineux ou de Metcalfa pruinosa peut également provoquer l'apparition de fumagine).

 

Attention, ces signes ne sont pas spécifiques de la cochenille du cornouiller. En particulier, la cochenille rouge du poirier et le pou de san josé peuvent provoquer les mêmes symptômes. Une fois le problème de cochenilles suspecté, il faudra donc rechercher les insectes pour affiner le diagnostic. A noter que cochenille du cornouiller et cochenille rouge du poirier sont les plus répandues en verger de prunier d'Ente, le pou de san josé étant un peu moins fréquent. (voir fiches correspondantes)

 

Biologie, épidémiologie

Dans les zones tempérées, la cochenille du cornouiller ne complète qu'une seule génération par an. Elle hiverne sur le bois, sous forme de larves de stade L2, sans protection particulière (pas de bouclier). Ces larves hivernantes sont brun rouge, de forme allongée. Elles mesurent environ 1 mm de long et 0.5 mm de large. Elles sont mobiles.

 

Leur dernière mue a lieu au mois d’avril et donne naissance à des individus adultes. Le vol des mâles précède la sortie des femelles.


La ponte se déroule sur une période assez longue puisqu'elle s'étale de la mi-mai au mois de juillet. Une femelle peut pondre jusqu'à 2000 oeufs, puis meurt. La durée d’incubation des oeufs varie de 15 à 30 jours. La ponte se déroulant sous le bouclier, les oeufs sont protégés durant toute la phase de développement embryonnaire. Les boucliers de cette cochenille sont circulaires, de couleur brun acajou, longs de 4 à 5 mm et larges de 3 mm. Ils sont luisants. Bien que relativement gros, il n’est pas aisé de les déceler : les boucliers se confondent souvent, avec la couleur du bois qui les supporte. Ils sont présents localement sur les branches, en nombre assez faible.

 

L’émergence des larves de premier stade (L1) débute à partir de la mi-mai. Elles sont vert pâle transparent, plates avec deux points rouges et pourvues de pattes. Elles migrent sur le feuillage pour s’alimenter en se fixant le long des nervures de la face inférieure des feuilles. Elles demeurent mobiles. La première mue larvaire se déroule dans le courant du mois d’août et donne naissance à des larves de deuxième stade (L2). Ces dernières se déplacent alors vers les branches et le tronc des arbres pour hiverner.

 

Les larves ont la capacité de se déplacer très rapidement sur le végétal. Elles peuvent être disséminées sur de grandes distances par le vent.

 

Méthodes de protection

 

  • Mesures prophylactiques

 - il n'est pas aisé de lutter préventivement contre la cochenille du cornouiller. Seule une action mécanique peut être préconisée : brossage ou passage à l'eau à haute pression du tronc ou de la partie inférieure des branches. A l'échelle du verger, cette recommandation peut être extrêment fastidieuse et difficile à mettre en oeuvre.

 

  • Protection du verger

- Lorsque les cochenilles sont sous leurs boucliers, elles sont "inatteignables". Le stade optimal pour intervenir contre la cochenille du cornouiller est donc avant débourrement des bourgeons pour atteindre les larves hivernantes, non protégées.

 

- Sur les vergers de prunier d'Ente, la cochenille du cornouiller est souvent "accompagnée" de la cochenille du poirier (voire du pou de san josé). Les périodes d'essaimage, de migration - lorsque les larves ne sont pas protégées par les boucliers - diffèrent d'une espèce de cochenille à l'autre. En présence avérée de plusieurs espèces de cochenilles, il est préférable d'opter pour une solution systémique, capable d'atteindre les insectes sous leur bouclier. Dans ce cas, la période d'intervention idéale se situera sur la deuxième quinzaine de mai, lorsque la végétation est poussante et que la sève circule activement dans l'arbre.
 

Dernière modification : 01/16/18
Cochenilles
Figure 1
Cochenille du cornouiller
Figure 2
Cochenille du cornouiller
Figure 3
Cochenille du cornouiller
Figure 4
Cochenille du cornouiller
Figure 5
Cochenille du cornouiller
Figure 6
Prunier_Cycle-cochenille-cornouiller <i>Parthenolecanium cornii>
Figure 7