• Ecophyto
  • Logo-Cirad
  • RITA
  • Logo-CA
  • FREDON
  • LPA-COCONI

Meloidogyne spp.

Nématodes à galles

 

 

 Généralités

 

  • Mondialement répandus et extrêmement polyphages, ce sont de loin les nématodes les plus fréquents et les plus dommageables sur les légumes tropicaux ; leurs dégâts sont parfois considérables dans les exploitations où la gestion des rotations culturales et la qualité sanitaire du sol ne sont pas bonnes. 
  • Plusieurs espèces de Meloidogyne sévissent sur légumes provoquant essentiellement des galles racinaires (Meloidogyne incognita (Kofoid & White) Chitwood (espèce la plus largement répandue), Meloidogyne arenaria (Neal) Chitwood, Meloidogyne javanica (Treub) Chitwood et Meloidogyne hapla Chitwood (espèce plus nordique). D'autres espèces ont été signalées plus ponctuellement : Meloidogyne chitwoodi Golden et al., Meloidogyne floridensis Handoo, Meloidogyne ethiopica Whitehaed, Meloidogyne acronea Coetzee, Meloidogyne minor Karsen, Meloidogyne mayaguensis Rammah & Hirschmann. Cette dernière espèce, de découverte plutôt récente, a été décrite sur le continent américain et en Afrique.
  • Certains isolats sont capables de surmonter la résistance conférée chez la tomate et certains porte-greffes par le gène « Mi » (notamment chez M. incognita, M. arenaria et M. javanica). 
  • Extrêmement polyphages et attaquent de très nombreuses plantes, cultivées ou non (plus de 5500 plantes), sur lesquelles ils assurent leur multiplication et leur conservation (poivron, aubergine, tomate, laitue, melon, concombre, courgette, carotte, céleri, haricot, patate douce, bananier,  etc.).
  • Observé aussi bien en plein champ que sous abris.

 

  • Famille(s) botanique(s) sensible(s) :
Solanacées  Cucurbitacées Fabacées   Composées  

    

  


Biologie

 

  • Conservation : se maintenant plusieurs années dans le sol sous la forme de masses d'oeufs protégées par une gangue mucilagineuse, mais aussi grâce à de très nombreuses plantes cultivées ou non qui assurent leur multiplication et leur conservation.
  • Parasitisme : Les larves pénètrent les racines  et migrent vers les vaisseaux à travers le cortex, entre les cellules. Induisent des galles entourant de volumineuses femelles piriformes qui produisent de nombreux oeufs (de 300 à 3000, entre 400 et 500 en moyenne).
  • Dissémination : passive des oeufs et des larves par l'eau de ruissellement, de drainage et d'irrigation. Les larves se déplacent activement sur de courtes distances dans les sols humides. Des disséminations sont possibles via des poussières de sol, des plants contaminés, les outils aratoires et les engins agricoles.
  • Conditions favorables : actifs dans les sols chauds et humides, leur activité semble fortement réduite, voire bloquée au-dessous de 5°C et au-dessus de 38°C. La densité d'inoculum du sol, l'influence de divers stress pour les plantes (sol compacté ou peu humide, déficience nutritionnelle, attaques de divers bioagresseurs…) influencent aussi les attaques des nématodes et la sévérité de leurs dégâts 

 


Protection

 

  • Réaliser des rotations culturales (soja, oignon, ail, maïs, arachide, Paspalum notatum, Cynodon dactylon, Eragrostis curvula, Chloris gayana, Digitaria decumbens, Panicum maximum, Crotalaria spp., Mucuna pruriens, sésame, etc.)
  • Désinfecter le sol par solarisation ou biodésinfection.
  • L'immersion des parcelles infestées durant plusieurs mois contribuerait à réduire les niveaux de population du sol.
  • Enfouir dans le sol juste avant plantation certains composts ou engrais verts  (pulpe de café, tourteaux à base d’Azadirachta indica, Chrysanthemum coronarium, Ricinus communis, Sorghum sudanense, etc.). 
  • Travailler superficiellement le sol durant la saison sèche afin d'exposer les nématodes aux effets du soleil.
  • Nettoyer soigneusement les outils et le matériel servant au travail du sol des parcelles contaminées avant leur emploi dans des parcelles saines. Un rinçage soigneux à l’eau suffit souvent.
  • Des plantes pièges et/ou nématicides (Tagetes spp.), des micro-organismes prédateurs, parasites, nématicides, des extraits de plantes modifieraient le développement des nématodes et pourraient être usités pour les combattre.
  • Employer des variétés ou des porte-greffes résistants s'il en existe (essentiellement chez les Solanacées).
  • Repiquer dans des mottes plus volumineuses cela permettra notamment de retarder les infestations.
  • Contrôler la qualité sanitaire des plants, éviter d'en planter des contaminés.
  • Eliminer les mauvaises herbes au fur et à mesure en travaillant superficiellement le sol à intervalles réguliers.
  • Bassiner les plantes aux périodes les plus chaudes de la journée afin de prévenir, voire réduire, les flétrissements.
  • Butter les plantes afin de favoriser le développement de racines adventives.
  • Eliminer au maximum les systèmes racinaires des plantes attaquées et les détruire afin d’éviter d’enrichir le sol en nématodes. Sinon, les racines seront mises à l’air libre afin qu’elles subissent les effets du soleil. 
  • Le compostage ne permet pas d'éliminer totalement les nématodes des débris végétaux.
  • Quelques produits nématicides peuvent être utilisés à l'égard des nématodes (consulter le site de l'ANSES e-phy).

 

Dernière modification : 21/04/2020
  • Auteur :
  • D Blancard (INRA)
Nematodes-Piment3
Figure 1
Nematodes-Piment6
Figure 2
Nematodes-Micro6
Figure 3
Nematodes-Micro5
Figure 4
Nematodes-Micro1
Figure 5
Nematodes-Micro2
Figure 6
meloidogyne_tomate_DB_693_494
Figure 7
Nematodes-Micro3
Figure 8
Nematodes-Micro4
Figure 9