• Ecophyto
  • Logo-Cirad
  • RITA
  • Logo-CA
  • FREDON
  • LPA-COCONI

Xanthomonas spp.

Gale bactérienne

 

 Généralités

 

  • Bactéries affectant  la tomate et le piment sur tous les continents, particulièrement grave en plein champ, en zones tropicales, subtropicales et tempérées.
  • Sévissent essentiellement sur tomate, piment et poivron.
  • Plusieurs espèces de Xanthomonas spp. sont responsables de la gale bactérienne : X. euvesicatoria et X. gardneri sur tomate, poivron et piment ; X. vesicatoria et X. perforans  sur tomate ; X. campestris pv. raphani rarement sur tomate.
  • Observé essentiellement en plein champ.

     

  • Famille(s) botanique(s) sensible(s) :
Solanacées        

      

   


Biologie

 

  • Conservation : se conservent dans le sol sur les débris végétaux, plusieurs mois à plusieurs sur les semences. Se développent à la surface ou infectent plusieurs solanacées cultivées, adventices ou sauvages :  ’aubergine, Amaranthus retroflexus, Datura stramonium, Chenopodium album, Portulaca oleracea, Galinsoga parviflora, Hibiscus trionum, Hyoscyamus niger, Hyoscyamus aureus, Lycium chinense, Lycium halimifolium, Physalis minima, Solanum dulcamara, S. nigrum, Nicandra physaloides, Lycopersicon pimpinellifolium, Nicotiana rustica, etc.  
  • Infection : pénètrent dans les folioles par des ouvertures naturelles (stomates et les hydatodes), via diverses blessures (poils brisés, des fentes de croissance, piqûres d’insectes, etc.
  • Développement - Dissémination : envahissent les tissus et s’'y multiplient en grandes quantités. Dispersées grâce aux projections d'’eau survenant aux cours des pluies et des irrigations par aspersion. Les microgouttelettes infestées peuvent être transportée sur de plus longues distances par le vent. Les ouvriers travaillant dans les cultures au feuillage humide contribuent à sa dispersion. Les semences et les plants contaminés assurent aussi leur dissémination.
  • Conditions favorables : apprécient les zones de production chaudes et humides et affectionnent les fortes hygrométries consécutives aux pluies, aux orages et aux rosées, et aux irrigations par aspersion.

 


Protection

 

  • Maladie très difficile à contrôler une fois que des symptômes se sont manifestés dans la culture.
  • Utiliser des variétés résistantes et/ou des graines de qualité sanitaire irréprochable, en cas de doute, les traiter en utilisant une des méthodes suivantes : air chaud et sec, eau à 50°C durant 25 minutes, fermentation de la pulpe et des semences durant 4 à 5 jours, trempage dans une solution (acide acétique ou acide chlorhydrique ou hypochlorite de sodium, etc. 
  • Réaliser des rotations de 2 à 3 années avec des plantes non hôtes, notamment des céréales.
  • Favoriser le drainage des parcelles et éviter les excès d'’humidité du sol. 
  • Eliminer les mauvaises herbes et se méfier aussi des semis spontanés de Solanacées cultivées dans les parcelles où des gaines se sont conservées.
  • Planter de préférence dans des parcelles plutôt bien ventillées.
  • Eviter les trop fortes densités de plantation afin de favoriser l'aération du feuillage.
  • Mettre en oeuvre une  fertilisation équilibrée.
  • Travailler et circuler dans les cultures que lorsque les plantes sont sèches.
  • Préférer l'irrigation localisée, voire à la raie, à des aspersion qui sont très favorables à la multiplication et la dispersion de ces bactéries.
  • Eliminer les débris végétaux en cours et en fin de culture, ne pas les enfouir dans le sol, si vous ne pouvez pas faire autrement, l’enfouissement sera profond
  • Si besoin, pulvériser des fongicides en tenant compte des usages autorisés (e-phy). Des résistances au cuivre sont connues chez certaines de ces bactéries.

 

Dernière modification : 13/05/2019
  • Auteur :
  • D Blancard (INRA)