Hyménoptères parasitoïdes



De très nombreux insectes provenant de l'ordre des hyménoptères et appelés micro-hyménoptères à cause de leur petite taille (apocrites térébrants), s'attaquent aux différents stades des insectes ravageurs des cultures. Certains de ces auxiliaires sont utilisés en lutte biologique. Souvent difficiles à observer à cause de leur taille, leur activité laisse des traces, par exemple en laissant les téguments vidés de leur hôte avec un trou de sortie s'il s'agit d'un endoparasite, ou par la présence de leurs pupes ou cocons subsistant au contact de la dépouille de l'hôte (exoparasite ou parasitoïde). On trouve ces auxiliaires parmi plusieurs familles.

- Aphelinidae (Chalcidoidea ou chalcidiens) :

Ces insectes de petite taille (0,6 à 2 mm) ont un corps de couleur variant du jaune pâle au marron foncé avec un ovipositeur peu visible. C'est une des plus importantes familles utilisée en lutte biologique dont les espèces sont en général des ecto ou endoparasites d'insectes hémiptères. On peut citer par exemple Aphytis melinus, DeBach 1959, utilisé dans les vergers d'agrumes pour lutter contre le pou de Californie (Aonidiella aurantii)

L'espèce la plus célèbre est Encarsia formosa, Gahan 1924, qui est utilisé de façon quasi systématique en culture sous serre contre l'aleurode (Trialeurodes vaporariorum). Encarsia perniciosi (Tower 1913) est un parasite spécifique du pou de San José (Diaspidiotus perniciosus) alors que Encarsia berlesei (Howard 1906) parasite Pseudaulacaspis pentagona, la cochenille du mûrier. Eretmocerus eremicus Rose & Zolnerowich 1997 est aussi utilisé en cultures légumières pour lutter contre les aleurodes des serres. Quant à E. mundus Mercet 1931 c'est un parasitoîde spécifique de Bemisia tabaci.

Cales noacki, Howard 1907, est utilisé pour la lutte contre  Aleurothrixus floccosus (l'aleurode floconneux des Citrus). On trouve aussi Aphelinus mali (Haldeman 1851) qui parasite le puceron lanigère du pommier (Eriosoma lanigerum). 

 
Encarsia formosa Encarsia lahorensis sur Dialeurodes citri Pupes d'aleurodes
parasitées
Aphelinus abdominalis 


- Braconidae (Ichneumonoidea) :

C'est une des familles d'insectes les plus riches en espèces (plus de 50 000) difficiles à déterminer. Dans cette famille on utilise Opius pallipes Wesmael 1835 contre Liriomyza bryoniae mouche ravageur du céleri ainsi que Dacnusa sibirica Telenga 1934 pour lutter contre les mouches mineuses.

Phaedrotoma flavitestacea (Fischer 1958) (anc. Phanerotoma, figure) est un parasitoïde ovolarvaire, hématophage, sarcophage naturel de Apomyelois ceratoniae (Zeller 1839) (anc. Ectomyelois), la pyrale des dattes. Cet insecte est un endoparasitoïde des embryons et chenilles puis devient ectoparasitoïde jusqu'à la consommation complète de son hôte sauf la capsule céphalique.

Les espèces du genre Praon, sont des parasites naturels des pucerons qui sont alors momifiés et restent accrochés sur la plante par un socle (figure). Les espèces du genre Aphidius (A. colemani, A. ervi, A. matricariae) pondent leurs oeufs dans le corps des pucerons et les larves y feront tout leur développement (figures). On peut encore citer Psyttalia concolor qui est un auxiliaire efficace pour lutter contre Bactrocera oleae, la mouche de l'olive. Cotesia spp. et Apanteles spp. forment des cocons sur la chenille parasitée de certains lépidoptères (Sphyngidae, Pieridae, etc., figure).

           
Phaedrotoma flavitestacea   Puceron parasité par
Praon sp.
  Braconidae chassant dans une colonie de pucerons   Puceron parasité par Aphidius sp.   Chenille parasitée par Cotesia sp.   Chenille de vers gris parasitée par un braconide


- Dryinidae (Chrysidoidea) :

Dans cette famille qui comprend 1400 espèces décrites, les femelles sont généralement aptères et ressemblent à des fourmis. Ces insectes solitaires parasitent les nymphes de cicadelles. Neodryinus typhlocybae (Ashmead 1893) est utilisé avec succès pour lutter contre la cicadelle américaine Metcalfa pruinosa.

- Encyrtidae (Chalcidoidea) :

Les insectes de cette famille sont très petits (1 mm en moyenne), d'aspect robuste avec un corps court et aplati, à éclat métallique jaune à marron, avec des ailes teintées.

Tous les membres de cette famille sont entomophages, surtout des cochenilles (comme Metaphycus sp.), les autres espèces parasitent des lépidoptères, coléoptères, punaises, et cécydomies. Trechnites psyllae et Prionomitus mitratus permettent de réduire de façon marquée les populations de Cacopsylla pyri (psylle du poirier) en verger. Psyllaephagus pilosus Noyes 1988 introduit de Nouvelle Zélande a permis de réguler les populations de psylle de l'eucalyptus Ctenarytaina eucalypti (Maskell 1890) (Psyllidae) apparu en France en 1994, et qui fut un ravageur important dans le Var et les Alpes Maritimes. 

- Eulophidae (Chalcidoidea) :

Dans cette famille on trouve Diglyphus isaea (Walker 1838), ectoparasite utilisé contre les mouches mineuses.

- Ichneumonidae (Icheumonoidea) :

Leurs larves des membres de cette famille sont le plus souvent endoparasites de lépidoptères, de tenthrèdes (hyménoptères) et de coléoptères. Ce sont les meilleurs auxiliaires naturels des forestiers. On peut citer par exemple Rhyssa persuasoria (Linnaeus 1758) capable de détecter dans le bois la présence de parasites par les vibrations émises. La femelle enfonce alors son ovipositeur dans le bois (figure), les deux moitiés de l'appendice tournant très rapidement à la manière d'un foret. L'oeuf est pondu à proximité ou sur une des larves minant le tronc. Campoplex capitator Aubert 1960 (figure) est, au vignoble, un parasite fréquent des larves de Lobesia botrana (eudémis), tordeuse de la grappe.

 

   
Rhyssa persuasoria    Ophion luteus
(Linnaeus 1758)
   Ichneumonidae
adulte pollinivore


- Platygastridae (Chalcidoidea) :
Amitus spiniferus (Brethes 1914) est utilisé aussi pour la lutte contre l'aleurode floconneux des Citrus (Aleurothrixus floccosus).

- Scelionidae (scelionid wasps, Chalcidoidea) :
Hyménoptères généralement petits et noirs avec un abdomen en forme de quille et des antennes en massue. Le genre Telenomus parasite les oeufs de papillons comme les noctuelles (figure).


- Trichogrammatidae (Chalcidoidea) :
Les trichogrammes sont des hyménoptères oophages. La larve se développe à l'intérieur de l'oeuf de l'hôte qui est tué très tôt. Certaines espèces comme Trichogramma daumalae, T. cacaeciae et T. brassicae sont des agents de lutte biologique inondative, utilisés notamment pour combattre la pyrale du maïs (Ostrinia nubilalis) et les tordeuses de la grappe, eudemis (Lobesia botrana) et cochylis (Eupoecilia ambiguella).

Trichogramme adulte Trichogramme pondant Nymphes Détail des ailes


D'autres familles parmi les chalcidiens présentent un intérêt et qui sont rencontrées naturellement dans les cultures. On peut citer les Mymaridae et les Pteromalidae. D'autres famille de térébrants sont aussi intéressantes : Ceraphronidae et Megaspilidae (Ceraphronoidea) et Eucoilidae (Cynipoidea).

 

Plus d'informations :

- sur les espèces d'hyménoptères parasitoïdes des pucerons sont présentées sur le site Encyclop'Aphid de l'INRA de Rennes ;

- présentation de video sur le parasitisme par les hyménoptères sur le site Filming VarWild: Parasitoïdes ;
Universal Chalcidoidea Database, site d'information sur les chalcidiens


 

Dernière modification : 07/17/18
  • Auteur :
  • S Chamont (INRA)