• Quae

Peronospora hyoscyami f. sp. tabacina Skalický (1964)


Mildiou


,
,

- classification : Chromista, Oomycota, Oomycetes, Peronosporomycetidae, Peronosporales, Peronosporaceae
- synonyme : Peronospora tabacina D.B. Adam (1933)
- dénominations anglaises : blue mold, downy mildew ; dénomination espagnole : mildiù del tabaco




Le mildiou, causé par Peronospora hyoscyami f.sp. tabacina, est une des maladies les plus redoutables qui affectent le tabac. Par le passé et actuellement plus ponctuellement, il peut être responsable de pertes considérables et ravager des cultures entières en quelques jours, si les conditions climatiques lui sont très favorables. Il ne sévit pas dans l'ensemble des pays producteurs. Certains d'entre eux ont la chance d'être épargnés par ce fléau. C'est notamment le cas de la Chine, du Japon, du Zimbabwe, du Malawi, de l'Afrique du Sud et de l'Inde. Dans certains pays, il présente quelques particularités :
- il ne s'attaque qu'aux pépinières au Brésil, en Argentine, au Paraguay et au Mali. Aux USA, les pépinières dans lesquelles les plants sont produits par la technique des semis flottants paraissent plus fortement touchés par la maladie ;
- il existe des souches résistantes au métalaxyl qui remettent en cause l'efficacité de la lutte chimique (Mexique, Cuba, Nicaragua, Honduras, USA).

Cette maladie donne lieu à des épidémies que l'on peut qualifier de continentales. Le réservoir d'inoculum pour l'Europe semble se situer dans un ou plusieurs pays du Bassin méditerranéen. Tous les pays producteurs du vieux continent sont affectés. L'incidence parfois différente de cette maladie entre les pays peut certainement être expliquée par l'utilisation de variétés résistantes, l'existence de régimes climatiques dissemblables, la mise en place de stratégies de lutte plus ou moins efficaces. Depuis plusieurs années, le mildiou est relativement bien contrôlé en France. Les quelques cas rencontrés chaque année sont toujours associés à une mauvaise maîtrise de la lutte chimique. Les attaques ne surviennent pratiquement plus en pépinière et sont plutôt tardives en plein champ.

Dernière modification : 06/21/13
  • Auteur :
  • D Blancard (INRA)