• Logo-Cirad
  • Logo-anses
  • chambre agriculture réunion
  • fdgedon Réunion

Greening, HLB (Huanglongbing)

Candidatus Liberibacter asiaticus, Ca. L. africanus et Ca. L. americanus

food, fresh, fruit, healthy, meal, orange, tropical icon

Cultures sensibles : Agrumes

Généralité

La maladie du dragon jaune (HLB ou Greening) est due à trois espèces de bactéries intracellulaires Gram- du genre Candidatus Liberibacter qui colonisent le phloème des plantes. C’est une bactérie non cultivable sur milieux semi-synthétiques, et donc non totalement caractérisable, raison pour laquelle son nom est précédé du terme Candidatus.

Elle est largement répandue dans le monde et constitue la menace la plus importante pour les agrumes.

La bactérie est transmise par deux espèces de psylles et lors du greffage. Le psylle africain (Trioza erytreae) transmet Ca. Liberibacter africanus en Afrique, à Maurice et à La Réunion et se rencontre préférentiellement en altitude dans des zones fraîches et humides. En revanche, le psylle asiatique (Diaphorina citri) transmet Ca. Liberibacter asiaticus dans sa zone d’origine (Asie du sud est) comme dans ses zones d’introduction (Amérique, La Réunion, Maurice), il s'accommode des zones plus chaudes et sèches du littoral. Il ne semble pas exister de préférence vectorielle stricte.

Zones de production affectées :

Guadeloupe Martinique
Polynésie-française La Réunion
Madagascar Comores
Maurice  

Organes affectés : 

Feuilles Fruits

  

Symptômes 

Symptômes :

  • Feuilles : décolorations asymétriques et diminution de la taille des qui prennent un aspect panaché ou marbré (taches vert-clair/jaunes et vert-foncé).
  • Rameaux : au début de l’infection une ou plusieurs tiges peuvent être jaunes, à un stade avancé de l’infection les branches jaunes occupent la totalité de la canopée.
  • Fruits : aspect asymétrique. A l’approche de la maturité, les fruits se colorent partiellement ou à l'inverse (base des fruits reste verte). Ouverts les fruits asymétriques montrent une columelle déformée et des graines avortées.
  • La répartition irrégulière des symptômes sur l'arbre correspond à la répartition irrégulière des bactéries dans l'arbre.
  • Les arbres perdent de la productivité et meurent au bout de quelques années.
  • Tout autre stress (hydrique…) est un facteur aggravant et accélère l’apparition des symptômes.

Signes :

  • Présence des psylles vecteurs sur l'arbre, présence de fumagine. Ils sont préférentiellement sur les jeunes pousses, provoquent des invaginations foliaires caractéristiques … 

Confusions possibles :  

Ne pas confondre avec les symptômes de carences en Magnésium, Zinc, Fer ou Manganèse qui présentent des décolorations symétriques. On peut aussi observer des symptômes similaires de décoloration après l'utilisation d'herbicides. Des méthodes moléculaires de détection par PCR classique ou quantitative permettent une détection spécifique de la bactérie et l'identification des différentes espèces.

Biologie

Cycle de développement :

Le pathogène pénètre dans le phloème, l’obstrue et réduit considérablement le transport des nutriments.

La maladie peut être latente pendant une longue période, de 3 mois à 2 ans en fonction de l’âge des arbres et des conditions de culture.

Facteurs de propagation de la maladie :

Deux modes de transmission disséminent de manière très efficace la bactérie :

Protection agroécologique

Méthodes préventives :

  • Planter des plants issus de pépinières certifiées indemnes de maladie.
  • Planter des variétés peu sensibles (lime de Tahiti, ...).
  • Bien gérer son verger (irrigation et fertilisation).
  • Éviter de planter des Murraya spp. car ce sont des plantes hôtes des psylles.
  • Ne pas désherber le verger mais le faucher et préserver les haies pour offrir un abri à la faune utile.

Le contrôle biologique des populations d'insectes vecteurs (les psylles des agrumes) est assuré dans la plupart des cas grâce à des auxiliaires :

  • des hyménoptères (Tamarixia dryi et Tamarixia radiata).

Méthodes curatives :

  • Il n’y a, à ce jour, aucune méthode curative. De nombreuses recherches sont actuellement en cours.
  • Arracher les arbres pour éviter la propagation de la bactérie. Arracher le bloc lorsque l’incidence dépasse 2% d’arbres positifs.
Dernière modification : 02/08/2022
  • Auteur :
  • M Negri (CIRAD)
Greening 1
Figure 1
Greening 2
Figure 2
Greening 4
Figure 3
Greening 5
Figure 4
Greening 7
Figure 5
Greening 8
Figure 6
Greening 9
Figure 7
Greening 10
Figure 8
Greening 11
Figure 9
Greening 12
Figure 10
Greening 6
Figure 11